Fuck Buttons – Street Horrrsing

ATP.jpgAmi lecteur, je me vois dans l’obligation de te mettre en garde. Si tu suis bien tout ce qu’il se passe sur ce site depuis sa création il y a fort fort longtemps, tu te rendras compte que navigue pop-rock-folk-esque, à  peine troublée par quelques morceaux electro voire hip-hop. Bref, du son plutôt traditionnel et dans l’air du temps. Aujourd’hui, changeons les bonnes habitudes et parlons d’un groupe que d’aucuns trouveront bruyant : Fuck Buttons. Et qui a choisi comme ligne artistique le noise mâtiné de drone.

Ah, le noise… Ce genre musical qu’il est assez difficile de mettre entre toutes les oreilles mais qui est cependant bien fascinant – une fois qu’on a passé la barrière du « bon il va finir par la régler sa radio là  ? ». Il existe une scène assez importante (Sunn O))) ou Wolf Eyes en sont deux des têtes de proue) et qui a carrément explosée avec l’arrivée d’Internet (car oui, cela peut sembler bizarre, mais ce n’est pas un genre qui se retrouve souvent en couverture de Télérama).
S.’il est aujourd’hui un groupe qui pourrait faire le pont entre une musique plus »classique » (comme celle développée dans ces pages) et une musique plus difficile d’accès, je mettrais bien une pièce sur Fuck Buttons pour y arriver.

Un groupe mené par deux anglais de Bristol qui, en six titres, impressionnent et affolent les compteurs. Leur premier album, « Street Horrrsing », est un mélange de noise, de drone (ces notes qui n’en finissent pas de durer), de nappes, de psychédélisme, de cris tribaux, le tout avec un sens de la mélodie et une subtilité dingue. C.’est même là  leur point fort.
Et Sweet Love For Planet Earth, le titre qui ouvre l’album, en est l’illustration parfaite et une rampe de lancement rêvée. Ce morceau débute par quelques notes de musique et sont une petite mise en bouche délicieuse, avant que le « bruit » s’installe, doucement, insidieusement. Sauf que, quand c’est le cas, et que vous commencez à  vous demander ce que vous êtes en train d’écouter, il est déjà  trop tard : hypnotisés, scotchés, vous êtes dedans, vous êtes pris et vous ne pouvez vous en détacher.
Cinquante minutes plus tard, vous n’avez plus que deux envies : réenclencher « Street Horrrsing » dans votre lecteur. Et crier « Thank Buttons » au monde entier. Comme quoi, le noise, y a rien de plus beau finalement.

Olivier Combes

5.gif

Tracklist:
1. Sweet Love For Planet Earth
2. Ribs Out
3. Okay, Let’s Talk About Magic
4. Race You To My Bedroom – Spirit Rise
5. Bright Tomorrow
6. Colours Move

Label: ATP
Sortie: 11 février 2008

Plus+
Myspace
Site officiel
Retrouvez cette chronique ici

Envie de partager :

3 thoughts on “Fuck Buttons – Street Horrrsing

  1. Et en concert, c’est encore plus impressionnant, ça fait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel « choc » musical. Je les ai vus lors de leur passage à Rennes fin octobre, je n’en suis toujours pas remise, une semaine après, c’est dire.

  2. Et en concert, c’est encore plus impressionnant, ça fait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel « choc » musical. Je les ai vus lors de leur passage à Rennes fin octobre, je n’en suis toujours pas remise, une semaine après, c’est dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *