Laurence Revey – Laurence Revey

laurencerevey_.jpgLaurence Revey a le CV long comme le bras ; elle qui a eu la chance de collaborer avec des artistes comme Bugge Wesseltoft, Hector Zazou, Nils Petter Molvaer, Gus Gus ou Transglobal Underground. Tous ont été intéressés par le grain de voix de la Suissesse. Ce qui ne l’empêchera pas de passer, pour nous Français, comme la petite soeur de Diterzi.

Comme un défaut hexagonal de toujours ramener la couverture à  soi. En fait, Laurence Revey a surtout une bonne partie des mêmes influences de Claire Diterzi – avouons-le, on le remarque aussi car ce chemin est moins largement emprunté et donc plus spécifique.

Les deux femmes ont cette même facilité d’intégrer dans la pop des éléments world et d’utiliser avec naturel des machines. Et ce n’est pas avec Arto Lindsay (David Byrne, Laurie Anderson) et Bardi Johannsson (Bang Gang), entre autres producteur de l’album, que ces deux points vont changer.

A voir la pochette »girlie » on déchante un peu. Et le début variétoche de Jour/nuit ne laisse présager rien de bon. Pourtant, ce titre placé en début d’album résume à  lui seul une oeuvre mélangeant le très haut et le très bas. Preuve que ce genre de musique, fortement ornementée et féminisante à  l’extrême, est vraiment casse-gueule. Le jour et le nuit, à  l’instar du titre lui même qui, s’il commence mal, finit bien dans une pop trip hop qui, sur la longueur, a la pouvoir d’un filtre d’amour (on pense à  Archive).

Pour le reste de l’album, on peut séparer dans deux colonnes ce qui fonctionne bien et ce qui se plante en beauté. Commençons par les points qui fâchent : un texte et une mélodie aussi simpliste que Zazie plombe un morceau par ailleurs arrangé de cordes dans l’esprit d’un Ravel Orientaliste (L’eau) ; un ave maria embourbé dans la guimauve et qui pousse même le vice à  sortir un son de flute à  la niaiserie proche de Titanic.

Et je ne parle même du bonus track God save the peace, reprise de l’hymne américain qui vous donne des caries illico presto). Qu’il est dur de ne pas tomber quand votre musique d’équilibriste essaye de toucher à  la pureté en passant sur un océan de pathos, de décorum, de sensiblerie.

Pourtant comme Claire Diterzi, peut-être plus aguerrie à  l’exercice, Laurence Revey touche au but sur une bonne partie de son album. La jeune femme fait sienne la pop hallucinogène de Crustation (Your soul), l’électro-pop worldisante de Bel Canto (Valts’in, stay, le maundo), des sonorités plus rock mais tout aussi sensuelles ( I know…au jeu des références, on pense à  Omr). Comme Liz Frazer, elle utilise les langues étrangères comme autant de sonorités différentes possibles. Dans ces moments, on est prêt à  succomber à  ces appels vers l’onirisme. Dommage que d’autres fassent aussitôt retomber le soufflé…

Denis Zorgniotti

2_5.gif

Tracklist
01. Jour/Nuit
02. I Know
03. Irraison
04. Your Soul
05. Requiem Pour Un Con
06. Valts’In
07. Stay
08. Tomorrow
09. Le Maundo
10. L’Eau
11. Ave Maria (Aijou Marie)
12. Ma Ouè/Allehlujah
13. God Save The Peace
14. Orly

Date de sortie: 18 mars 2008
Label: Muve Records / Naîve

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *