Soul Kitchen

soul_kitchen.jpgEtrange coupure que celle entamée avec cette comédie légère et humaniste dans la filmographie de Fatih Akin, habituellement défenseur d’un cinéma de la crudité sociale ‘pensive’ (« Head-On » et le plus romancé mais non moins philosophique »De l’autre côté »). Coupure parce que »Soul Kitchen » ne présente en aucun cas les traces qu’auraient pu laisser les deux précédents films nommés, variant ici la logique du regard posé sur une société ; si le récit n’est avant tout que celui d’un heureux divertissement, se pose en filigrane la problématique de l’identité (non au sens national cette fois, mais d’une identité propre à  notre personne) et la vision optimiste d’un courant de vie et d’amour.

Un peu comme Mike Leigh rompait sa norme dans »Be Happy » étincelante fantaisie sur fond social macabre, Fatih Akin propose ni plus ni moins une variation de ses deux précédents longs-métrages (si l’on met de côté le format documentaire de »Crossing the bridge »), où se mêle la face tendre du genre humain, jusque-là  écorché sous l’oeil acide de sa caméra. Et la seule constatation valable à  l’issue de cette formidable comédie, c’est que le genre lui sied à  merveille, tout autant qu’ont pu être passionnants ses drames tourmentés. La seule once de tourment ici n’échappe qu’aux règles du genre, ce qui sous-entend la romance d’arrière-plan et ses échecs à  vocation comique et mélodramatique. A part ça, »Soul Kitchen » est une entière et vibrante démonstration de savoir-vivre et d’entente, jamais naîve puisqu’elle ne prend pas le risque d’être moraliste. Une véritable comédie humaine pleine de charme et d’esprit, buffet garni d’un humour dépaysant, fait de burlesque à  la frontière germanique et turque, sur le rythme tranquille d’une bande-son qui n’en finit pas de séduire l’oreille. La vitesse même du film dépend de cette musique qui semble dicter une direction, à  la fois vaillante ou décontractée. Le cinéaste tire admirablement bien partie de cette mise en forme simple et parvient à  insuffler parallèlement au film une charge de situations comiques ultra-efficaces »Soul Kitchen » est aussi un film qui sait flatter l’esprit et l’âme par les choses simples, l’idée d’une troupe presque familiale, d’une ambiance festive que l’on ne peut plus quitter. L’oeuvre, véritable feu d’artifices d’émotions diverses, nous prend par la main et nous guide dans ce petit monde ouvert à  tous, créatif et accessible au-delà  du cinéma parce qu’il est nourri de mille choses, de milles réalités, observations, fantasmes ou démarches humanistes jouant le double rôle de l’attraction de l’esprit, et de sa saine éducation.

Jean-Baptiste Doulcet

4.gif

Soul Kitchen
Film Germano-Turc de Fatih Akin
Genre : Comédie Sociale
Durée : 1h39 min
Avec Adam Bousdoukos, Moritz Bleibtreu, Pheline Roggan…
Date de sortie cinéma : 17 Mars 2010

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *