Anabel’s Poppy Day – Far From Home

anabel2009On avait découvert Annabelle Tahar en adolescente folle de musique et limite foldingue, créant des morceaux chez elle comme d’autres écrivent des journaux intimes. Elle faisait sa musique toute seule, de manière totalement libre et débridée et enregistrait ses vignettes musicales sur un petit 8 pistes. Mis ensemble, cela donna Small songs for small people, le premier album fourre-tout de la demoiselle.

Cette créativité aurait pu passer avec l’age, comme un caprice de jeune fille en fleur.,  Eh bien non, l’adolescente est passée et la musicienne est restée. Entre temps, Anabel’s poppy day, son double artistique, a fait des rencontres, a monté un vrai groupe autour d’elle et s’est produit sur scène.

Nouvelle étape de cette » professionnalisation » (même si le mot est réducteur), une signature chez Coco Record, label de ses amis Faiguson, qui sort donc ce deuxième album. Pourtant, ce changement de division n’a guère changé le moi profond de la jeune femme et ce nouvel album faussement intitulé Far from home a bel et bien été enregistré sur un 8 pistes à  la maison. Il y a là  pas moins de 38 titres au compteur (sur le précédent, il y en avait 42), preuve qu’Annabelle est toujours aussi bouillonnante de créativité, tout en étant moins brouillonne que pour ses oeuvres de jeunesse. La demoiselle semble plus à  l’aise avec ses instruments (les indéboulonnables Farfisa et boîtes à  rythme mais aussi de la guitare et une basse inventive) et dès lors, Annabelle a mieux construit ses morceaux.
Pour la plupart d’ailleurs, ce sont de vrais morceaux, respectueux du format, juste courts dans leur durée. Il y a bien quelques improvisations où notre jeune effrontée s’excite sur son clavier, histoire de sentir libre de casser quelques jouets. Mais dans leur grande majorité, les titres écrits et joués d’une seule traite apparente sont plutôt bluffants. Annabelle utilise son minimalisme musical au mieux, trouvant la bonne idée avec peu : une ligne de basse maligne, un air qu’on retient. Il y a vraiment du Pixies en elle, ce qui peut paraître étonnant mais qui en fait ne l’est pas. Mais ainsi arrangées avec un Farfisa comme instrument central et surtout chantée d’une voix entre petite fille et timbre de cartoon, ces chansons se détachent aisément de cette lourde référence.

Bien sûr il y a trop de titres sur cet album, la jeune femme ne faisant pas dans la demi-mesure. Mais dans cette envie boulimique de musique, dans ce côté  » on se jette à  l’eau et on sort sa musique sans censure  » (musique automatique ?), eh bien il y a dans ce processus de création quelque chose de particulièrement attachant.

Dans un monde où les clones d’artistes sont plus nombreux que les artistes eux-mêmes, on a toujours plaisir à  en rencontrer une vraie de vraie et celle-là , on a presque envie de la chouchouter. Mes hommages, Mademoiselle !

Denis Zorgniotti

3_5.gif

Tracklist

01. Bed Can Be Boat
02 Great Birthday
03. Everything Around me
04. My TV Star
05. Orange Tree
06. Things I Like
07. A Little Summer
08. Mille Cinq Cent Douze
09. Yamaha Is My First Love
10. I’m A Dragonfly
11. Cocotta’s Big Adventures
12. In Uzbekistan
13. Falafael
14. Call Me Chewie (Feat Jad Fair)
15. Best Wishes
16. Girls Have Always Lies In Their Pocket (I Do)
17. He Has A Lion In His Head
18. Having A New Brain
19. Having One Day More
20. Waou Waou Waou
21. True
22. Space Bazookas
23. Mr Dawes
24. Far From Home
25. Elfboy
26. Icones
27. Witch Nose
28. Hate
29. Friendly Ghost
30. You are
31. You And me never Ending
32. Frozen Toys
33. Drian Non Sense
34. My House In Hero
35. Past Drawings
36. Talk And Sleep
37. My Stuffs
38. Still Dreaming Of TDL (Feat Jad Fair)

Date de sortie: 1er Octobre 2009

Label: Coco records
Plus+

My space

La vidéo de Bed can be boat via You tube

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *