The Company Men

Signe des temps, : la crise financière et économique de 2008 devient une source d’inspiration pour des fictions, non plus seulement pour des documentaires qui nous ont d’ailleurs plutôt convaincus – pour mémoire Cleveland contre Wall Street ou le dense Inside Job. Pas sûr que The Company Men, long-métrage de John Wells, producteur à  succès de séries télé, nous laisse un souvenir impérissable. En effet, l’histoire de trois cadres de haut vol, virés sans ménagement par leur hiérarchie, ne nous captive jamais réellement parce qu’elle demeure trop lisse, refuse le parti de l’approfondissement des personnages et opte pour l’accumulation de situations où le politiquement correct et la défense des fameuses valeurs américaines finissent toujours par avoir le dessus. En choisissant de mettre en scène la catégorie la plus favorisée et privilégiée des travailleurs, arborant costumes impeccablement taillées, possédant puissantes voitures et maisons cossues, le réalisateur ôte toute possibilité d’identification (donc d’un minimum de sympathie) envers les victimes d’un système qu’elles ont par ailleurs largement contribué à  ériger et à  développer. La privation aussi soudaine que choquante des biens clinquants, témoins d’une réussite éclatante (de l’abonnement au club de golf à  la rutilante Porsche), n’émeut guère.

En dépit d’un casting de stars (Ben Affleck, Tommy Lee Jones, Kevin Costner), on est atterrés par la platitude de la mise en scène et l’indigence du scénario. Faute de retrouver un job digne de son rang, un des trois licenciés est employé par son beau-frère à  la rénovation d’une maison. On voit bien là  la double métaphore criante et sans finesse de la valorisation des travailleurs manuels (versus les cols blancs sans résistance) et de la construction (celle palpable d’un vaste chantier et celle psychologique de l’individu), le tout sous les puissantes déclarations du beauf, réactionnaire et vaguement nationaliste. A peine passé le suicide du plus âgé (à  soixante ans, l’heure de la retraite paraît encore bien loin aux Etats-Unis), puisqu’il faut bien LA scène pleine d’émotions, le happy end se profile et avec lui le retour en force de la glorification de l’entreprise, comme si aucun enseignement n’avait pu être tiré des épreuves passées et endurées. Assurément, The Company Men est un film de droite, prônant sans gêne ni vergogne, les sempiternels fondamentaux d’une civilisation pourtant à  bout de souffle depuis quelques décennies. Les quelques informations distillées sur la très brève durée d’indemnisation des chômeurs, la rapacité des créanciers (la société vit largement à  crédit) et la veulerie à  peine dissimulée des agences de placement devraient néanmoins ébranler dans leurs convictions idiotes les laudateurs du modèle américain, dont on aurait vraiment aimé que le film nous montre les ravages, au-delà  d’une banale et inintéressante caricature.

Sans aucune personnalité, exposant des idées pour le moins suspectes sur les moyens de s’en sortir, The Company Men se résume à  un divertissement trop long qui du coup anéantit, voire ridiculise, le sujet qu’il est censé traiter. Surfant sur la vague de la nostalgie (époque où l’industrie, figurée ici par les chantiers navals en déshérence, était encore florissante et permettait à  des tas d’américains de s’enrichir et même de s’acheter une deuxième voiture), le film qui se voudrait une critique sociale n’a jamais les moyens d’une telle ambition, préférant très vite se limiter à  la description de la dégringolade (encore que ») de ces trois cadres, sans même tirer parti de leur différence d’âge, de statut et de parcours.

Après l’inepte opus de Cédric Klapisch (Ma Part du gâteau), la tentative de John Wells à  mettre en scène les conséquences et les dégâts de la crise fait à  son tour chou blanc. Scénaristes à  vos plumes, ça urge »

Patrick Braganti

The Company Men
Drame britannique, américain de John Wells
Durée : 1h52
Sortie : 30 Mars 2011
Avec Ben Affleck, Tommy Lee Jones, Chris Cooper, Kevin Costner,…

La bande-annonce :

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *