Pater

Depuis quelques films, faute de moyens mais aussi par choix et recherche, le cinéaste Alain Cavalier bientôt octogénaire a entrepris de mettre en scène une sorte de journal intime. Son propre parcours émaillé de maladie et de drames devient ainsi l’armature d’un travail inédit où sont abordées des thématiques comme la fuite du temps (Le Filmeur en 2004) ou encore la perte d’un être aimé (Irène en 2009). Amorcé à  l’aube des années 2000, le virage pris par le réalisateur primé à  Cannes en 1986 pour Thérèse marque de manière durable le rejet des moyens habituels et importants pour le choix d’un équipement léger (la caméra DV) et l’emploi d’une équipe restreinte sans comédiens. Un choix synonyme d’une liberté indispensable à  l’exploration de nouvelles pistes. Malgré la participation de Vincent Lindon, acteur célèbre, et le passage devant la caméra d’Alain Cavalier, qui se révèle un délicieux comédien au cabotinage touchant, le paradigme instauré depuis une dizaine d’années reste bien le même.

Pater, comme son titre le laisse supposer, est davantage un film sur la filiation et la transmission – deux notions logiquement attachées à  la relation de longue durée installée entre un cinéaste âgé et son acteur plus jeune – qu’une réflexion sur la chose politique, même si les deux hommes campent respectivement le Président de la République et son Premier Ministre. Si les rôles tenus servent en effet, de manière fine et ludique, à  démonter les mécanismes du pouvoir et des relations hiérarchiques qui le sous-tendent, ils sont d’abord à  voir comme l’expression d’un jeu, une sorte de curiosité cinématographique, déconcertante et charmante, pleine de drôlerie et d’intelligence. Les scènes qui se situent souvent dans les cuisines ou autour d’un repas marquant aussi bien un des liens principaux qui unissent Cavalier et Lindon qu’elles signifient l’idée de fabrication de la politique, l’ébauche d’idées et la rédaction de lois pour les mettre en oeuvre. Le projet phare sur lequel s’accordent puis se séparent le Président et son ministre – la fixation d’un salaire maximal – peut paraître bénin, voire démagogique, mais il n’est là , en fat, que pour exposer les ficelles et les manigances de l’art politique. On a l’habitude d’associer ce dernier au calcul, la manoeuvre, la manipulation. Ici, le mélange des genres, la frontière fluctuante et poreuse entre fiction et réalité contribuent par jeu à  renforcer cette impression. Pater est à  la fois un film fini (délimité, si on préfère) et un film en train de se faire. La coexistence des deux, qui n’est pas qu’une simple mise en abyme, sème le trouble chez le spectateur qui ne sait jamais vraiment s’il voit les deux hommes jouer leur partition ou à  l’état naturel. La confusion est à  son paroxysme lorsqu’on voit le visage de l’acteur de Welcome déformé par les tics nerveux, comme s’il oubliait qu’il est interprète et face à  une caméra. C.’est manifestement une belle et unique expérience pour un comédien de s’en remettre à  la vision d’un réalisateur dont la vitalité et la vivacité intellectuelle émerveillent. Certes Pater n’est pas un chef d’oeuvre, il y a probablement moins d’inventivité formelle que dans les deux opus précédents, mais le plaisir manifeste et complice de Cavalier et Lindon à  s’être rencontrés et à  avoir poursuivi pendant presque une année cette étrange et productive collaboration se communique aisément au spectateur.

Patrick Braganti

Pater
Comédie dramatique française d’Alain Cavalier
Durée : 1h45
Sortie : 22 juin 2011
Avec Alain Cavalier, Vincent Lindon, Bernard Bureau,…

La bande-annonce :

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *