Mélanie Laurent – En T’Attendant

Mélanie Laurent est devenue la tête de turc de tout le web et son album, l’objet de toutes les railleries. Et l’envie dès lors d’apporter une voix en partie dissonante à  ce concert unilatéral, de critiques : En t’attendant est certes un album inégal et un peu tendre mais il est porteur de jolies promesses.

 

C’est un cliché de le dire mais la France n’a jamais aimé les doubles casquettes pour ces compatriotes. Vous vous appelez Scarlett Johansson, ça passe. Vous êtes Charlotte Gainsbourg, c’est déjà  plus compromis. Alors vous imaginez Mélanie Laurent ! La jeune femme a la (mal)chance d’être sur tous les terrains et pas les moindres : réalisatrice en herbe, actrice en vue y compris pour Tarantino, hôtesse de cérémonie pour le festival de Cannes et donc chanteuse ;, , ç’est presque trop et cela ne peut que convoiter les jalousies et donner envie à  certains d’aiguiser, leurs couteaux. L’album de Mélanie Laurent a été d’abord critiqué a priori, comme si l’actrice devenue chanteuse et accessoirement auteur et compositeur sur certains, titres n’était pas légitime. Il est presque touchant de, la voir, ouvrir et terminer, son album par deux instrumentaux composés et joués au piano de ses blanches mains, comme si, la jeune femme avait des choses à  prouver à  ses futurs détracteurs. On pouvait par exemple se poser la question de la légitimité de Sandrine Kiberlain à  jouer les godiches chantantes, c’est tout de suite moins le cas de Mélanie Laurent, elle qui a suivi des études de piano, elle qui a été la bonne fée du groupe aAron, elle qui est allée chercher Damien Rice pour produire son album. Ce n’est pas Air, Jarvis Cocker ou Beck mais avouez que c’est déjà  pas mal.

Outre les critiques »a priori », En T’attendant a aussi été critiqué sur son contenu musical, ce qui est plus normal, même si dans le cas présent, la critique a souvent été à  charge : en cherchant bien, on peut trouver plein de, défauts, , à  Sgt Peppers ou à  Pet Sound. Tout dépend du regard initial que l’on prend pour juger un disque et à  l’encontre de Mélanie Laurent, celui-ci n’a pas été des plus bienveillants. Evacuons les points négatifs de l’album – car il y en a, soyons clairs. L’excès de sentimentalisme de certains textes confine à  la niaiserie ; , il y a un relachement en milieu de disque, ce qui nous vaut des compositions un peu bateaux sans intérêt aucun (Pardon, il fait gris, papa). On peut aussi reprocher au disque son caractère »grand public » ce qui induit une production un peu consensuelle. En même temps, cette critique n’en est pas une : on n’allait pas imaginer Mélanie Laurent chanteuse braillarde, faisant des doigts et se roulant par terre (ce n’est pas Courtney Love donc), on n’allait pas penser que produit par Damien Rice avec certains titres, écrits par Joel Shearer (Pedestrian), l’album serait expérimental, violent ou avant-gardiste. Autant reprocher au western d’être peuplé d’indiens, de cow boy et de chevaux. En T’attendant est donc, un album de pop-chanson »mainstream » (cela représente sans doute un bémol) et dans le genre, il est plutôt,  bon (un dièse ?).

On pourra d’abord évoquer les deux titres chantés en duo par Damien Rice, deux morceaux qui ne dépareilleraient pas sur un album du monsieur (généralement bien côté auprès des critiques de tout poil…petite réflexion en passant) et qui témoignent d’une certaine élégance et d’écriture et d’arrangement. Au niveau de ceux-ci, le travail de, Mélanie Laurent est plus à  juger suivant les critères de qualité de la pop anglo-saxonne que de la nouvelle chanson française. Ce n’est pas ZAZ ou même Zazie, merci pour elle…, , Après on pourra dire que You’re not supposed to be et incomfortable sont, avant tout des titres de Damien Rice…Mais bon, il n’y a pas que ces deux là  à  se mettre sous la dent. Les deux singles pour l’instant issu de l’album ne déméritent , pas et se révèlent, , même être, de bonne facture : En T’attendant est bâti sur un joli, climat lancinant avant d’exploser sur un cri primal et Kiss est une ritournelle pop charmante qu’on fredonne gentiment.,  Mieux, Circus cache bien son jeu, partant comme une vieille chanson réaliste pour se gonfler d’un nouveau souffle entre Yann Tiersen et Divine Comedy. Autre exemple, Insomnie, morceau, à  la flamboyance mate, évoquera son collègue de label Joseph D’Anvers, ce qui est plutôt réjouissant. Pour tous ses titres, louons une instrumentation classieuse, , qui va au delà  du tout venant.

Bref, il y a des choses positives à  retenir d’une chanteuse qui n’a sans doute pas encore donné le meilleur d’elle même mais qui pourra le faire si on lui laisse la possibilité. Dans l’exercice un peu scolaire de l’attribution d’une note, je lui donne donc 3/5 : un peu par esprit de contradiction, un peu pour encourager Mélanie Laurent à  poursuivre , mais aussi et surtout car en essayant d’être honnête et de juger le disque comme dans un, blind test, , il y a de bonnes choses dans En T’attendant.
En vous remerciant.

3.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 2 mai 2011
Label / Distributeur : Atmosphériques / Warner

plus+
Site musical

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *