Pond – Beard, Wives, Denim

On peut à  juste titre se plaindre du temps que prennent les australiens de Tame Impala pour nous pondre un nouvel album, impatiemment attendu après leur Innerspeaker. Ou aussi se réjouir que, profitant de ce temps libre, deux de leurs membres (Jay Watson, batteur et Nick Albrook, guitariste accompagnés d’un troisième larron Joseph Ryan) se soient lancés sous le nom du side project Pound dans l’enregistrement en deux semaines (!) d’un album.

Troisième pour eux mais premier qui parvient jusqu’à  nous, qu’est-ce qui différencie ce Beard, Wives, Denim (en VF, barbe, veuves et toile de jean ?) du psyché rock de Tame Impala ? En fait, rien ou pas grand chose.

Toujours branchés sur leur faille temporelle néo seventies, les jeunes australiens nous offrent un roboratif mille-feuilles d’époque avec des gros bouts de psychédélisme rock du meilleur aloi. Où se bousculent dans un joyeux fourre-tout (bordélique) les sons de T-Rex et Led Zeppelin, les riffs des Who ou des Kinks ou les fantômes de Love ou 13th Floor Elevators. Le, tout baignant dans un joyeux délire rock-blues-pop relevé d’une relecture contemporaine, façon Flaming Lips ou MGMT.

Équipée foutraque particulièrement appréciable, l’ensemble ne va pas sans petits ratés (You Broke My Cool) et trous d’air ou longueurs (Sun And Sea And You), cependant déjà  présents chez les groupes d’époque. Difficile de,  réécouter de nos jours un album entier de Jefferson Airplane par exemple !

Récréation ludique de très haut vol, cet EXCELLENT opus de Pond a l’avantage d’assumer une plus grande folie et liberté que Tame Impala tout en affichant une moins grande cohésion ou minutie sonore, due sur Innerpeaker à  la présence du talentueux Dave Fridmann, ici absent.

Avantage d’un album spontané et libre comme l’air qu’on aimera, selon l’humeur, moins ou plus que l’album de 2010 (moi, plutôt plus). Et qui s’appréciera comme un space cake musical imprévisible gorgé de guitares tonitruantes, batteries en folie et hymnes pop délectables, Elegant Design, Leisure Pony.
Ou ma préférée, la bien nommée Mystery, atmosphérique rêverie psyché rock en apesanteur. Plongez donc sans retenue dans, cet étang aux petites merveilles.

Franck Rousselot

Pond. Beard, Wives, Denim
Label : Modular Recordings / La Baleine
Date de parution :, 18 mars 2012

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *