Barbara Morgenstern – Sweet Silence

Avec le temps, Barbara Morgenstern a su proposer une électronica pop à  la fois fraîche, accessible et touchante. Ce nouvel album ne déroge pas à  la règle et permet à  l’Allemande de continuer sa charmante entreprise de séduction.

La Berlinoise n’en est pas à  ses débuts et fait presque figure de vétéran (pas de féminin à  ce mot) de la scène électro allemande, comme Lali Puna ou Tarwater. En 2010, la Berlinoise avait sorti Fan n,°2, une compilation regroupant quelques-uns de ses anciens morceaux et en bonus Enter The Partyzone, première cassette produite par la dame, en 1997 ! Il y avait aussi 3 inédits dont une reprise des Beatles (Blackbird) chanté dans la langue de Lennon. Peut-être cela aura donné des idées à  Barbara Morgenstern de chanter en anglais ; , une première pour ses propres compositions.

Et c’est donc le cas avec Sweet Silence, un changement qui donnera envie peut-être à  plus de monde d’aller écouter la Berlinoise (pour les récalcitrants de la langue allemande) mais qui finalement ne change pas l’essence et le style musical de Barbara Morgenstern. Depuis The Grass is always greener en 2006, elle a pris le virage la conduisant vers des compositions plus classiquement écrites – , « pop » en un mot – tout en gardant largement leurs instrumentations électroniques. Certains diront Sweet Silence ne fait que capitaliser ce qui a été semé par, , The Grass is always greener, meilleur album à  ce jour, et ils auront sans doute raison. Mais, bon, il n’y aucun mal et à  se faire du bien et ce dernier opus n’est pas du tout avare en bonnes ondes et en bons moments.

Au-delà  de ses moyens, il y a dans,  la musique de Morgenstern,  un sentiment ambivalent trop rarement ressenti : d’un côté, l’on imagine l’Allemande jouée avec ses pistes d’ordinateur comme à  Tétris ; de l’autre, on s’émerveille à  ressentir à  partir de cette synthé pop ludique, des trésors d’harmonies et des bonheurs de mélodies douces-amères. C’est particulièrement vrai sur Jump into the Life-pool et Status symbol, deux des grands moments du disque où l’Allemande ajoute à  ses bips et ses synthés bubble gum, des lignes harmoniques et des nappes en mode mineur ainsi que des lignes de chant empreintes de la plus touchante féminité (celle de Springtime est un modèle du genre). , C’est aussi valable sur les moments plus IDM du disque, celui où l’on se surprend à  esquisser un pas de danse et que Barbara Morgenstern distille avec pointillisme, économie de la frappe et goût (Night time Falls). On peut craquer sur le jazzy Auditorium avec le Rhodes idoine. Même quand le morceau adopte mélodie et instrumentation pour le moins naîves, l’Allemande a la bonne idée de noircir ces ambiances un peu béâtes de guitares, un peu tordues (The minimum says). L’Allemande a pour elle son bon goût, son intelligence et sa sensibilité. Que demander de plus ?

4.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 22 juin 2012
Label / Distributeur : Monika Enterprise / La Baleine

PLus +
Site
MySpace

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *