La Femme – Psycho tropical Berlin

Quand même ils ne sont pas si nombreux les groupes français qui ont une vraie  » aura « . Quand je regarde autour de moi, c’est vraiment le truc qui fait défaut aux groupes pop de France quand tu les compares aux homologues anglo-saxons. Non ?

Prend les anciens : Phoenix, Air, les plus anciens encore comme Taxi Girl, ou les contemporains façon Lescop, Granville, Aline » Oui ils existent les groupes français avec une dégaine, rares ceux avec une atmosphère. Mustang a un genre, oui mais pas d’atmosphère. Il y a Indochine certes, mais bon c’est Indochine quoi. Ils sont peu les groupes français qui ont en plus des bonnes têtes de noeud. Du style Strokes, Libertines, MGMT, Oasis, Kills tout ça »Quand tu te penches sur la bio, les interviews de La Femme, tu constates que la bande élevée quelque part entre Biarritz et la banlieue parisienne a de ça. Vraiment. Puis comme un petit air du Velvet de Lou avec ses égéries féminines en rotation, en contrepoint de types salement rock. Voilà  voilà . La femme, ils ont la dégaine, le style et en interview, tu as l’impression qu’ils ne sont pas tout à  fait là . OK. On tient une race de popeux à  la française. C.’est rare. Ca méritait d’être signalé. Non?

Mais comme la musique n’est pas pour moi affaire de look, non messieurs dames, qu’en est-il du côté musical de cette aura générale de La femme (nommé ainsi parce que la femme est mystérieuse lit-on dans TOUTES les interviews) ? Et bien franchement je suis bluffé. J.’aurais 16/18 ans aujourd’hui, La Femme serait probablement mon nouveau groupe préféré. Mélange de torture adolescente et de rock sexué.

La Femme c’est aussi le groupe qui synthétise le mieux cette vogue actuelle de réhabilitation des références françaises toutes tendances confondues, de la variété yéyé à  la pop légendaire. Comme les autres, La Femme pioche dans le grand sac d’histoire de la chanson en France, faisant feu de toute référence musicale hexagonale avouable ou moins avouable. MAIS, le groupe choisit consciemment ou non de ne PAS s’y laisser enfermer. Attention hein je ne dis pas que les autres groupes se laissent enferrer dans la période de référence, qu’ils ont tous tendance à  moderniser sans copier, cependant La Femme est le seul groupe qui marie ces références à  des influences beaucoup plus contemporaines . Complètement plus contemporaines. Sans que ça ne choque l’oreille.

On sent que le groupe emmené par Marlon et Sacha maîtrise la musique, sait comment composer ou comment un instrument s’imbrique à  un autre. Ici les arrangements sont rois. Sans doute une réminiscence d’un passé dédié au conservatoire . Et le résultat est d’une maîtrise qui étonne malgré leur jeune âge.
Il y a du Television dans La Femme, il y a du Taxi Girl of course, du Elli et Jacno bien entendu: des jeunes gens mödernes. Mais pas que. Il y a une recherche des arrangements que n’auraient pas renié ni Vannier ni Gainsbourg références souvent pesantes, ici légères : du banjo, du clavecin, des trains qui passent, des arrangements classique. Comme un monstre sous jacent qui avance inéluctable, débridé et qui boufferait subrepticement tout le décor.

La Femme file ailleurs, toujours. Géographiquement et chronologiquement. Le groupe ajoute à  son brouet une pointe d’eau de Cologne avec, jamais très loin, l’ombre synthétique de Kraftwerk. Il y a cette capacité à  composer des ritournelles comme dans les premiers essais de New Order presque dansant, encore sombres. Il y a de la New Wave, et du pornography de The Cure dans le quasi gothique qui point parfois dans le déroulé de Psycho Tropical Berlin. C.’est d’ailleurs aussi sans doute la limite de ces quatorze titres : le manque d’air la chape de plomb perpétuelle.

Enfin, il y a du vrai rock sombre et contemporain chez La femme pour brouiller les pistes et la ligne du temps. Je songe souvent à  Blonde Redhead sans que j’arrive à  savoir s’il s’agit d’une lubie de chroniqueur en mal d’étiquette. C.’est bien foutu. Ca marche, et le ramage ressemble au plumage. Le phénix de hôtes de ces bois dont on fait les manches de pioches qui enterrent les cadavres. Je sais ma chute est bizarre ça me semblait pas mal avant de l’écrire. Le groupe français du moment !

Denis Verloes

Tracklist

Label: barclay / Universal

Sortie le: 8 avril 2013

Plus+

La page facebook
Le bandcamp
Le twitter
Le site web

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *