Nocturne – Pascal Blanchet

Nocturne CouvAlors que Pascal Blanchet fait profiter cette année au monde de la jeunesse de ses traits et ambiances rétro qui lui sont si propres en collaborant avec la très talentueuse India Desjardins (cf.  » Le Noel de Marguerite  » sortie 2014) Les Éditions de la Pastèque proposent à  Benzine de replonger dans son univers graphique en nous adressant  » Nocturne  » excellent one-shot de feu 2012.

New York, le 28 Août 1948. Une vague de chaleur assaillit l’Amérique et, le temps d’une nuit, réunit par la seule voix de la grande Anne Scheffer, trois protagonistes luttent contre leurs démons intérieurs. Il y a tout d’abord l’auteur raté de Brooklyn, inconsolable suite à  son dernier rejet, puis la serveuse à  la recherche du rêve américain, qui apprend la mort de sa mère laissée derrière elle dans sa campagne natale, et enfin la star des ondes, qui chante l’ouverture du titre et coud le fil rouge musical de la BD, Anne Scheffler, reine du show-biz désabusée. Lorsque la pluie provient finalement au plein coeur de la nuit, effaçant les suffocations de la vie d’hier, c’est l’existence de chacun qui prend un nouveau tour.

Il y a tant à  se réjouir émotionnellement parlant à  la lecture de  » Nocturne  » qu’il nous paraît difficile de condenser ces sensations en n’utilisant que du texte. Il y a, dans ces pages où le texte se fait justement rare, tant à  y lire et à  y entendre. Les traits aiguisés mais généreux, ainsi que les couleurs et chauds contrastes de Pascal Blanchet donnent un véritable corps, une ambiance intimiste et on ne peut plus palpable à  l’action. l’enchainement des plans, des profondeurs, et de ces pages noires où l’on ne voit rien que la nuit noire, nous transporte au milieu de cette canicule nocturne et nous happe tout bonnement comme si l’on s’y tenait, là , quelque part. C.’est à  nos 5 sens que Blanchet parle, sans la lourdeur, pourtant, d’une complexe narration ou d’une sur-utilisation des textes et voix off. Cette simplicité, toute bête en apparence, à  la caractérisation même de ses personnages que l’on n’†˜attrape.’ que le temps d’une nuit, laisse en marge des sens tous les non-dits, lourds de sentiments et sensations, qui président à  notre rencontre avec eux.

C.’est avec un indiscutable brio que Pascal Blanchet réunit, dans une stylistique inimitable, un graphisme rétro et vintage avec un soupçon de film noir tout en y faisant résonner contrebasses et silences.
 » Nocturne  » se vit comme un petit court-métrage, dont il faudrait se créer la bande-sonore. On a du jazz dans la tête, des envies de café américano à  la table d’un diner, et on rêvera sûrement plus tard de l’Amérique des années 50 et des courbes délicieuses de pin-ups.
Tout simplement enchantant.

Fabrice Blanchefort

Nocturne
Scénario & dessin : Pascal Blanchet
Éditeur : Les Editions de la Pastèque
140 pages- 28, 80€¬
Parution: Février 2012

 

A voir, lire, écouter, sentir…

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *