Une Intime Conviction : film de procès et thriller palpitant

Le film de procès est l’un des genres les plus largement populaires qui soit, mais la superbe réussite de Une Intime Conviction repose sur un véritable piège tendu au spectateur qui attend un thriller conventionnel.

Une intime conviction Photo Laurent Lucas

Eric Dupond-Moretti fait partie de ces avocats internationalement admirés, qui deviennent une véritable référence dans leur métier : mais ce qui caractérise Dupond-Moretti, au-delà de sa connaissance parfaite du Droit et de ses analyses créatives mais rigoureuses, c’est son utilisation brillante – et implacable – de la présomption d’innocence, pierre de touche de la Justice… souvent malmenée dans les faits. La grande intelligence du film remarquable d’Antoine Raimbault, ce n’est pas seulement de confier le rôle de Dupond-Moretti au génial Olivier Gourmet, qui ajoute ici un nouveau personnage inoubliable à son extraordinaire filmographie, mais aussi de faire de Une Intime Conviction une démonstration parfaite de la force de ce principe… quitte à tendre au spectateur, qui ne s’y attend pas forcément, un piège particulièrement malin.

Une Intime Conviction afficheCe piège prend la forme du seul personnage de fiction de ce film – consacré au Procès d’Assises de la célèbre affaire Viguier, avec son coupable parfait, haïssable et cloué au pilori par la rumeur et par la presse : solidement incarnée par Marina Foïs, Nora porte cette fameuse « intime conviction », qui va la conduire à une plongée de plus en plus radicale, puis autodestructrice, dans le fameux procès. La conviction du personnage, la manière obstinée dont elle travaille sur les enregistrements téléphoniques mis pour la première fois à la disposition de la défense de Viguier, vont naturellement conduire le spectateur, emporté par l’énergie du film, narré et monté « à l’américaine » (c’est d’ailleurs le seul reproche objectif qu’on puisse lui faire…), à s’identifier à elle et à adhérer à ses croyances, à vouloir forcément trouver le « coupable », comme dans « un roman policier » (c’est d’ailleurs le commentaire ironique que lui fait Dupont-Moretti). Souhaitant de toutes ces forces assister à un thriller jouissif, construit sur la découverte d’indices nouveaux, sur des coups de théâtre tonitruants, etc. etc., le spectateur s’éloigne de plus en plus lui aussi des principes de la véritable Justice : comme le dit magistralement Dupond-Moretti dans sa plaidoirie finale, sommet logique du film, nous voulons « juger, pas rendre la Justice ». Et comme Nora qui assiste interloquée à la démonstration de l’impasse dans laquelle elle s’est fourvoyée, nous nous réveillons avec la gueule de bois : nous ne saurons pas la Vérité – sans doute ne la saurons-nous jamais -, mais Justice aura été rendue.

Le thriller palpitant qui nous a cloué sur nos sièges, le film de procès emblématique qui nous a enthousiasmé (et en particulier cette terrible scène de l’audition de la baby-sitter…), tout cela n’était que faux-semblants. Des baudruches qui se dégonflent lamentablement… Mais nous avons compris, un peu mieux au moins, ce qu’est la Justice. Merci à Eric Dupond-Moretti de la défendre aussi bien. Merci à Gourmet, Foïs et Raimbault d’avoir fait un film aussi intelligent sur un sujet aussi… théorique, mais fondamental.

Eric Debarnot

Une Intime Conviction
Film français réalisé par Antoine Raimbault
Avec Marina Foïs, Olivier Gourmet, Laurent Lucas…
Genre : Thriller, drame
Durée : 1h50
Date de sortie en salles : 6 février 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des