Santiago, Italia : Nanni Moretti interroge le présent de son pays

Quatre ans après l’émouvant Mia Madre, le réalisateur militant Italien Nanni Moretti repasse derrière la caméra pour nous conter l’histoire méconnue de centaines d’opposants au régime du général Pinochet recueillis au sein de l’ambassade italienne, suite au coup d’état du 11 septembre 1973.

Santiago, Italia – Nanni Moretti photo

La première image montre Nanni Moretti en train de contempler d’en haut, et en silence, la mégalopole Santiago (capitale du Chili) entourée par les sommets enneigés, indiquant ainsi d’emblée la démarche du cinéaste : prendre de la hauteur sur les événements passées et regarder vers l’avenir !
Ce retour intrigant au documentaire, après l’engagé La Cosa (1990) sur le Parti Communiste italien, vient à la suite d’une visite au Chili où le cinéaste redécouvre l’histoire de jeunes diplomates venant au secours de six cents demandeurs d’asile qui ont trouvé refuge à la répression militaire d’Augusto Pinochet. À travers plus de quarante heures d’entretiens, le metteur en scène décide d’exhumer cette singulière histoire chilienne et italienne, liée par un même élan de fraternité.

Santiago, Italia – Nanni MorettiDans un premier temps Nanni Moretti s’attarde sur la campagne présidentielle et l’avènement au pouvoir du président Salvador Allende (socialiste soutenue par la coalition Unité Populaire), élu démocratiquement le 4 septembre 1970.  L’auteur illustre ce vent d’espoir que sa candidature (soutenue notamment par le poète Neruda) et son élection ont suscité au sein du peuple de son pays, et relate tous ces événements par le biais d’archives inédites et de témoignages où le bonheur et la liberté de vivre  font corps. Le cinéaste poursuit ensuite dans la même veine et contextualise habilement pour chroniquer au mieux les bouleversements politiques tragiques qui vont survenir.
La tension voit le jour, la CIA s’implique de manière implicite, le général Pinochet se montre de plus en plus menaçant et pose même un ultimatum au président pour l’inciter à démissionner.

Au petit matin du 11 septembre 1973, l’armée aux côtés du général entre en action dans les rues et de la capitale et dans les airs où sillonnent des avions de chasse. Le président, fusil à la main, adresse à la radio un dernier message en guise d’adieu. Puis de manière stupéfiante, à l’aide de surréalistes images d’archives, nous voyons le palais de la Moneda bombardé par d’intenses tirs de roquettes. Le président Salvador Allende décède dans l’assaut. Le coup d’État est réussi. Le général Augusto Pinochet instaure de suite le couvre-feu et son effroyable dictature militaire sanglante.
Les témoignages pudiques, toujours recueillis face caméra, narrent avec émotions comment eux-même et tous les opposants au régime, les partisans de l’ex-président ont été arrêtés, emprisonnés au sein même de stades de football, torturés et exécutés notamment. Ce sobre langage cinématographique formel, sans esbroufe, implique une certaine neutralité de la part du réalisateur, et l’envie première que ces paroles nous aillent sans détour droit au cœur. De ces mots résonnent une certaine forme de résilience envers leurs bourreaux. La puissance des paroles de la part de ces victimes qui ont pu de manière épique (en escaladant chacun un mur de deux mètres de hauteur sous la surveillance armée des militaires) trouver « miraculeusement » refuge au sein de la villa de l’ambassade italienne, pour former une véritable communauté de six cents personnes, avant leur asile et leur accueil en Italie, force le respect du réalisateur constamment en hors-champ pour ne pas phagocyter l’attention du spectateur… Sauf lors d’une entrevue avec un ancien militaire condamné, emprisonné et purgeant sa peine, justifiant la torture avec une mauvaise fois édifiante, où de manière impartiale Nanni Moretti rentre dans le champ de la caméra pour recadrer promptement le vieil homme rabougri.

En ravivant de manière cinématographiquement convenue ces faits historiques, le cinéaste manque peut-être d’un peu d’ambition formelle mais il extrait l’essentiel : l’élan de solidarité dont l’Italie a pu faire preuve sans conditions à cette époque. L’impact de ce constat est d’autant plus puissant à l’heure où le populiste Matteo Salvini (ministre de l’intérieur) mène une politique répressive et très stricte envers les migrants et demandeurs d’asile. En se retournant sur un passé oublié, Nanni Moretti interroge avec pertinence et humanisme le présent de son pays (et plus largement des autres pays européens) pour en faire le portrait sans concession d’une terre qui n’est malheureusement plus accueillante car refermée sur elle-même.
Avec ce captivant documentaire le cinéaste nous livre ainsi une parabole historique engagée, un efficace plaidoyer de solidarité qui met du baume au cœur. Passionnant. Émouvant. Salutaire.

Sébastien Boully

Santiago, Italia
Film italien réalisé par Nanni Moretti
Avec Nanni Moretti, Patricio Guzman
Genre : Documentaire
Durée : 1h20
Date de sortie : le 27 février 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des