[Live Report] The Shivas au Point Ephémère : comment se débarrasser de nos idées noires !

En tournée pour promouvoir leur sixième et excellent album, Dark Thoughts, The Shivas nous ont offert une soirée plaisante, mais un tout petit peu en deçà de ce que l’on peut attendre d’eux…

La Musique a des vertus curatives indiscutables, et il nous est arrivé à tous de soigner un mal-être, ou un chagrin plus profond, en nous laissant emporter par les émotions d’un morceau ou d’un album qui nous parle… Et, pourquoi pas, si nous avons la chance d’avoir un bon groupe qui passe dans le coin, d’aller danser sur du vieux garage rock psyché des familles, pour oublier un court instant nos… pensées noires. Or, Dark Thoughts, le dernier album de The Shivas, parle justement de ça, de l’équilibre nécessaire entre obscurité et lumière, de la peine et de la joie, qui permet à la musique d’avoir du sens, en plus des sensations physiques qu’elle provoque…

20h30 : … mais ce sont d’abord les Rouennais de Dharma Bum qui ouvrent la soirée dans un Point Ephémère pas tout-à-fait rempli : ils racontent avoir beaucoup écouté Soul Sacrifice, de Santana, et ça s’entend d’emblée ! Back to Woodstock, avec cette musique chaleureuse, portée par la puissance d’une batterie et de percussions omniprésentes. Les guitares s’enflamment et les cheveux sont longs, on a quitté l’étroitesse de nos années 10 pour retrouver la folie épique d’une autre époque, plus généreuse… Même si Dharma Bum n’a rien d’un revival band, et qu’ils savent intégrer dans leur délire ici une dureté (DBX, remarquable, plus beau moment du set) et là un sens de la fête (Mind Madness en conclusion, présenté comme un « morceau pour la teuf !) qui nous sont bien contemporaines. On chicanera sur la voix, en peu en retrait, et sur certains morceaux, moins accrocheurs, mais on a passé 40 minutes assez délectables.

21h30 : le quatuor de Portland a choisi la couleur rouge comme étendard, et arbore un look des plus classiques pour un groupe de garage US, si l’on pense en particulier à la coupe de cheveux sixties de Jared. Mais le sixième album de The Shivas, Dark Thoughts, a aussi confirmé un savoir-faire mélodique et une complexité certaine qui dépasse les standards festifs du genre… Et d’ailleurs, la bande à Jared va bien nous confirmer l’importance de ce nouveau disque en commençant par en jouer la totalité des morceaux, pas tout-à-fait dans l’ordre quand même, ce soir !

En démarrant très fort le set avec l’enchaînement des irrésistibles Gloria, Turn me on et le très accrocheur Playing on the Radio (avec ses ba-ba-ba très velevetiens), The Shivas tentent d’accrocher même la frange de leur public qui ne connaît pas encore leur dernier opus, et ça marche ! Puis Kristin sort de derrière ses fûts, confie ses baguettes à Jeff, le second guitariste, et vient nous interpréter la ballade sirupeuse et mélodramatique If You See Me : la complicité entre Kristin et Jared est évidente, ainsi que leur plaisir de jouer. Tout l’album va donc défiler ainsi, avec ses sommets : Can’t Relax, explosif, Feel Surreal, délicieusement psychédélique, et la très lyrique et très belle conclusion qu’est Can’t you feel it too ?

Jared annonce en avoir terminé avec le nouvel album et nous propose donc de passer à de plus vieilles chansons, au grand soulagement, j’imagine, d’une partie du public, qui est venue avant tout pour danser et faire la fête. Plus traditionnellement garage peut-être, les titres qui suivront seront surtout l’occasion pour Jared de nous offrir un véritable festival de solos de guitare incandescents. Ça bouge bien dans la salle, l’ambiance est joyeuse et amicale comme nous le souhaitions : nous avons personnellement bien apprécié une belle version de You make me wanna die, et bien entendu l’énergie qui s’est dégagée des derniers morceaux d’un set de 1h20, conforme à ce que l’on attend d’un groupe comme The Shivas.

Il reste néanmoins que la soirée n’a jamais basculé dans cette frénésie que l’on attend inévitablement pour ce genre de musique, et que, malgré leur plaisir évident à jouer – et la qualité de leurs compositions – The Shivas sont restés ce soir au Point Ephémère un peu trop sages, pas assez sauvages !

Texte : Eric Debarnot
Photos : Robert Gil

La setlist du concert de Dharma Bum :
Intro looper
We Both Know
Worship the Ease (Deux EP – 2019)
Ladybug (Deux EP – 2019)
Eisbär
Disconnected
DBX
Neon Lover (Deux EP – 2019)
Mind Madness

Les musiciens de The Shivas sur scène :
Jared Molineux – vocals, guitar
Jeff Boyardee – guitar, drums, backing vocals
Eric Shanalfelt – bass
Kristin Leonard – vocals, drums

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des