[Netflix] La Casa de Papel, quatrième partie : pour ou contre ?

La Casa de Papel en est déjà à sa “quatrième partie” : l’occasion de passer en revue les pour et les contre de cette série qui rencontre toujours un grand succès populaire à travers le monde…

La Casa de Papel Partie 4
Itziar Ituño et Najwa Nimri – Copyright Netflix

La Casa de Papel, qui fut la série Netflix à sensation il y a deux ans, en est arrivée à sa quatrième partie (on ne parle pas de saisons, en l’occurrence), et, il faut le mentionner car c’est quand même le cœur du sujet, son deuxième hold-up à grand spectacle. Même si le coup d’éclat publicitaire de « Bella Ciao » est désormais loin derrière nous, il faut bien admettre que la Casa de Papel continue à cliver profondément le petit monde (enfin, pas si petit que ça…) des amateurs de séries TV : la Casa de Papel, on est passionnés (et on devient littéralement fous au dernier cliffhanger du dernier épisode de cette quatrième partie !) ou on déteste (et on ne se prive pas de faire bien savoir son mépris envers les attardés qui se laissent encore prendre à des pièges aussi grossiers…).

Revue de détail de la situation à la fin du trente-et-unième épisode (garantie sans spoilers « graves »)…

Les principaux reproches que les haters font à la Casa de Papel :

la casa de papel partie 4L’invraisemblance absolue de 90% de la série, depuis ses prémisses trop incroyables (ces hold-ups vraiment « bigger than life ») jusqu’au moindre détail de l’action : les scénaristes font encore une fois très fort dans le grand n’importe quoi, et depuis une opération chirurgicale du poumon en plein milieu de la banque jusqu’à nombre de fusillades intensives où personne n’est – presque – jamais touché par les rafales de fusils mitrailleurs, la crédibilité n’est pas le point fort de la série…

L’excès de passages sentimentaux ou de « prises de tête psychologiques », et en particulier leur usage contre toute logique à des moments-clé de l’action : que Rio, Denver et Monica nous fassent leurs crises de jalousie et baignent en pleine confusion émotionnelle, alors que le plan du « Profesor » est en train de prendre salement l’eau, est indiscutablement très dur à avaler…

Le recours à des cliffhangers pourris, immédiatement désamorcés au début de l’épisode suivant : ce GROS problème de la première saison a peu à peu disparu, même si quelques excès de suspense artificiel subsistent çà et là. Mais de toute manière, les haters ont abandonné la série depuis longtemps !

La roublardise de la « contestation » politique figurée par le vaste soutien populaire du peuple espagnol aux gangsters, face à un pouvoir corrompu et incompétent : la Casa de Papel a su récupérer le mal-être de nos démocraties, l’a mis en avant – le fameux hymne « Bella Ciao» – pour en faire un simple élément marketing. Plus que populiste, cette démarche témoigne du cynisme immense des producteurs de spectacles, prêts à tout pour attirer le public, même et surtout à se faire passer pour de grands révolutionnaires. Et dans cette quatrième partie, la manière dont la révélation à l’opinion publique des actes « anti-démocratiques » de la police espagnole ébranle le pouvoir relève au mieux de l’idéalisme naïf, et au pire, de la pure démagogie.

Les arguments de ceux qui sont toujours accros à la série espagnole :

Impossible de ne pas succomber à ce cocktail d’action, de coups tordus, de manipulations au quatrième degré, à ce déferlement quasi ininterrompu de surprises : eh oui, la Casa de Papel, c’est le grand spectacle populaire avec toute son efficacité et tous ses excès… On tremble, on rit, on verse une larme, on s’étonne, on applaudit à tout rompre les plans de plus en plus complexes – et souvent inexplicablement absurdes – du « Profesor ». Dans cette saison, la scène de l’évasion de l’un des membres de la troupe tombé aux mains de la police bat tous les records de plaisir régressif de la série, et on a à peine le temps de se rendre compte à quel point tout cela est invraisemblable qu’on enchaîne sur le coup de force de l’hélicoptère, au cours de ces deux derniers épisodes qui rattrapent largement quelques passages à vide au milieu de cette quatrième partie.

La Casa de Papel Partie 4Les héros sont formidables, l’identification fonctionne à plein avec ces grands malades, pourtant si proches de nous puisqu’ils exhibent les mêmes tares que nous : même si le casting est disparate et que certaines interprétations peuvent laisser à désirer, le magnétisme de certains acteurs – Alba Flores (digne descendante de sa merveilleuse grand-mère La Faraona, immense artiste de flamenco) et Pedro Alonso, en particulier, tous deux formidables de séduction et d’humour – génère cette adoration envers certains personnages qui est la marque des grandes séries – et des grands films – populaires.

Les « méchants » sont incroyablement réussis, et comme disait Hitchcock, etc. : gros point fort de cette quatrième partie, ça, les « bad guys and girls ». On garde le répugnant Arturo (Enrique Arce) qui s’adonne ici purement et simplement au viol, on y ajoute une machiavélique, et pourtant formidablement humaine Alicia (très belle performance de Najwa Nimri qui confirme sa célébrité acquise avec Derrière les Barreaux), et une affreuse machine à tuer en la personne du terrifiant Gandia (José Manuel Poga) : un véritable délice pour qui adore haïr des « méchants » charismatiques.

La Casa de Papel, c’est vraiment l’Espagne, et du coup ça nous change des personnages américains qui dominent le divertissement global : entre l’humour et la faconde andalouse de plusieurs personnages qui nous offrent nombre de réparties littéralement hilarantes dans leur délicieuse vulgarité, et la peinture décomplexée des particularités typiques de différentes régions espagnoles, nous sommes témoins de la vitalité d’une culture qui exprime dans cette série ses spécificités avec une énergie sans pareil. Bien sûr, comme toujours mais sans doute encore plus que d’habitude, la Casa de Papel est une série que l’on ne peut apprécier qu’en VO.

La Casa de Papel, c’est aussi un amour démesuré pour la chanson italienne, cette variété excessive qui dégouline de pathos et qui nourrit les scènes les plus jubilatoires comme celle du mariage délirant dans un monastère italien. On notera aussi, dans un registre plus rock, une utilisation irrésistible du sublime Wake Up d’Arcade Fire à un moment-clé de l’intrigue…

En conclusion…

Dans la droite ligne des trois parties précédentes, cette nouvelle série d’épisodes de la Casa de Papel ne modifiera donc guère la donne : les détracteurs verront peu de raison de changer d’avis, tandis que les convaincus se sentiront confortés dans leur intérêt… et rongeront leur frein en attendant la cinquième partie, avides de savoir comment « el Profesor » se tirera d’affaire cette fois-ci !

Eric Debarnot

La Casa de Papel – Partie 4
Série TV espagnole de Álex Pina
Avec Úrsula Corberó, Itziar Ituño, Álvaro Morte, Pedro Alonso, Alba Flores
8 épisodes de 60 min environ
Mise en ligne : 3 avril 2020 – Netflix