On a classé les “Palmes d’or” de ces 20 dernières années

Pas de “Palme d’or” à Cannes pour cette année 2020. On a revu les 20 derniers films ayant reçu la récompense suprême sur la Croisette pour faire notre classement et pour voir comme ont vieilli tous ces films.

Plame d'or festival de cannes
© Festival de Cannes

Comme pour la plupart des événements, 2020 sera une année blanche pour le rendez-vous annuel du cinéma mondial sur la Croisette à Cannes. Et comme il n’y aura donc pas de prix décerné cette année par le jury Cannois qui devait être présidé par Spike Lee, on a décidé de se replonger dans les films ayant obtenu la prestigieuse Palme d’or au cours des 20 dernières éditions, histoire de décerner notre “Palme d’or 2020” qui viendrait couronner et clôturer en beauté les 20 dernières années du Festival de Cannes.

Un top 20 qui sera aussi l’occasion de voir comment ces films ont vieilli, ceux qui sont tombés dans les oubliettes (Fahrenheit 9/11), ceux qui méritent d’être redécouvert (Oncle Boonmie, Winter Sleep), ceux qui ont été revu à la hausse (The Square) et ceux qui sont devenus très vite cultes (Parasite, Elephant). et aussi ceux qui restent toujours clivant dans la communauté cinéphilique (The Square, La vie d’Adèle, Moi Daniel Blake, Amour…)

Déjà plébiscité par les rédacteurs de BENZINE comme film de la décennie 2010 et film de l’année 2019, Parasite a une fois encore réuni tous les suffrages et l’emporte d’une courte tête devant Elephant.

1. PARASITE de Bong Joon-ho 

parasite

Immense cinéaste coréen, Bong Joon-ho s’ approche véritablement de  la perfection avec Parasite, récompensé d’une Palme d’or à Cannes. On y trouve tout ce qu’un amateur de cinéma peut apprécier et ce qui fait aussi un grand film : mise en scène, jeu de acteurs, caractérisation des personnages, dialogues, travail sur l’espace et la temporalité, scénario diabolique et hautement jouissif… Avec tant de brio, on peut affirmer que Bong Joon-ho est désormais l’égal d’un Martin Scorsese ou d’un Quentin Tarantino, le discours politique en plus.

2. ELEPHANT de Gus Van Sant 

Elephant

Elephant contemple un morceau du monde puis le conceptualise, le magnifie, le transcende au-delà de l’horreur sans y chercher un sens, un entendement sommaire ; son appréhension du massacre (et de l’avant) est principalement artistique, pleine d’une beauté automnale et diaphane qui s’éternise comme un souvenir absolument immatériel.

3. LA CHAMBRE DU FILS de Nanni Moretti

LA CHAMBRE DU FILS

Nanni Moretti parvient dans ce film à figurer la douleur la plus profonde sans jamais sombrer dans le pathos et le goût des larmes et livre une vision presque entomologiste du travail de deuil. On y retrouve les obsessions habituelles de Moretti, sur la Parole et la Loi, subtilement représentées comme cause ultime du malheur.

4. WINTER SLEEP de Nuri Bilge Ceylan

WINTER SLEEP

Une épopée intime profonde et vertigineuse qui dissèque l’âme humaine avec force et esthétisme. Une fresque dramatique, un long métrage monumental qui s’inscrit dans lignée des classiques d’Ingmar Bergman ou d’Anton Tchekhov.

5. LE PIANISTE de Roman Polanski

LE PIANISTE

Roman Polanski signe son film le plus personnel, lui même survivant des conditions de vie dans ces ghettos polonais. Un film de survie d’une intensité dramatique remarquable avec un Adrien Brody qui tient là le rôle de sa vie.

6. LE RUBAN BLANC de Michael Haneke

LE RUBAN BLANC

Une fable magistrale sur prémices du nazisme. Michael Haneke s’attaque aux racines du Mal avec une mise en scène virtuose très précise, un récit austère et dense avec une narration lente, sublimé par une somptueuse photographie en Noir et Blanc.

7. UNE AFFAIRE DE FAMILLE de Hirokazu Kore-Eda

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

Le portrait bienveillant d’une famille où là solidarité s’érige en rempart face à la violence du monde. Un film sensible, drôle et touchant sans le moindre jugement moral. Du grand cinéma humaniste.


8. 4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS de Cristian Mungiu

4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS

Un film, totalitaire et implacable, qui nous met face à l’indicible et nous plonge sans concession dans l’ambiance suffocante et délétère d’une dictature, ou comment survivre au fond de l’horreur, dans la Roumanie de Caucescu.

9. LA VIE D’ADÈLE : Chapitres 1 et 2 de Abdellatif Kechiche

LA VIE D'ADÈLE

Un film qui nous étreint et nous fait chavirer. Un film sublimé par la performance charnelle et bouleversante de deux actrices sidérantes de vérité. Un hymne à l’amour, à la liberté, à la jeunesse. Vivre c’est aimer librement !

10. THE SQUARE de Ruben Östlund

THE SQUARE

Ruben Östlund manie ironie et humour à froid dans une critique de nos sociétés d’aujourd’hui et de nos belles indifférences. Décapant, touffu, The square ne cherche pas à faire leçon d’humanisme ou de morale : il scrute, simplement. Il gratte.

11. DHEEPAN de Jacques Audiard
12. DANCER IN THE DARK de Lars Van Trier
13. AMOUR de Michael Haneke
14. L’ENFANT de Luc et Jean-Pierre Dardenne
15. ONCLE BOONMEE celui qui se souvient de ses vies antérieures de Apichatpong Weerasethakul
16. MOI, DANIEL BLAKE de Ken Loach
17. THE TREE OF LIFE de Terrence Malick
18. LE VENT SE LÈVE de Ken Loach
19. ENTRE LES MURS de Laurent Cantet
20. FAHRENHEIT 9/11 de Michael Moore