“Cette musique ne joue pour personne” : le monde des paumés selon Samuel Benchetrit

Dans un univers loufoque et absurde, Samuel Benchetrit imagine un film plein de tendresse, de poésie et de non-sens autour d’une pléiade de personnages totalement illuminés, interprétés par un casting haut de gamme !

Cette musique ne joue pour personne
© SINGLE MAN PRODUCTIONS_UGC IMAGES_JM FILMS_GAPBUSTERS_RTBF_PROXIMUS_BE TV_PICTANOVO

Il n’est pas aisé de résumer efficacement le dernier film de Samuel Benchetrit. Son récit, un peu choral, réunit une pléiade de comédiens autour d’une entreprise vaguement mafieuse, intégrant de manière quasi naturelle la violence comme outil quotidien. À cela s’ajoute une tonalité mâtinée d’absurde, qui permet de faire passer la pilule tout en entretenant un humour noir assez savoureux.
On y verra un mari mourir d’une gifle trop convaincue par son épouse, des ados torturés par des mastards pour qu’ils se rendent à la « boum » de la fille du patron, et un amoureux transi transformé en tueur en série de comédiens jouant le rôle qu’il veut qu’on lui attribue pour donner la réplique à l’élue de son cœur.

Cette musique ne joue pour personne

Dans cet univers discrètement loufoque, tout est donc possible, et c’est la variété des tons qui génère le charme. Ainsi de la conviction avec laquelle Vanessa Paradis monte une comédie musicale sur Sartre et Beauvoir, de la manière dont Bouli Lanners évoque ses théories de développement personnel (« Tout est joie ») tout en maintenant la tête d’une lycéenne dans un sac plastique, ou de l’application dont fait preuve François Damiens pour s’initier à la prosodie. Un des plus gros losers de France (Vincent Macaigne, qui d’autre ?) peut se retrouver du soir au lendemain intégré à la famille du restaurant indien où il va manger, celle-ci voyant en lui la réincarnation de leur fils décédé, et un castor empaillé symboliser le triomphe de l’existentialisme.

Le non-sens n’est pas celui de Quentin Dupieux, et reste sans arrêt sur le fil dans sa façon insolite de traiter des événements, grâce à une galerie d’illuminés sincèrement convaincus par leur manière d’agir ou voir le monde. Cette tonalité comique, le recours fréquent à la musique et le milieu des gangsters peut faire penser aux directions prises par Romain Gavras dans Le monde est à toi, notamment dans l’insolence frontale des ados, qui semblent pouvoir tenir la dragée haute aux paumés que sont les adultes.

Mais le film sait aussi prendre un certain envol à travers la diversité de ses personnages. L’échec amoureux face à une caissière ne déclenche pas qu’un rire sardonique, et les essais à la poésie par Ramzy laissent entrevoir la possibilité de nouveaux terrains à explorer. Sur ce plan, le personnage joué par Valéria Bruni-Tedeschi apporte beaucoup de sa modestie, et de développement d’une silhouette d’abord affalée sur un canapé, puis vouée à se relever. Sans jamais glisser vers la mièvrerie ou la maladresse dans la démonstration, Benchetrit parvient ainsi à insuffler une véritable tendresse pour ses personnages. Le final, en ode – certes éculée à l’amour – joue avec les codes de la comédie musicale, et pour cause, au vu du projet qui fédère un certain nombre de personnages. Mais au terme de ce parcours bigarré et cahoteux, le réalisateur est parvenu à nous donner envie d’y croire.

Sergent Pepper

Cette musique ne joue pour personne
Film de Samuel Benchetrit
Avec François Damiens, Ramzy Bedia, Vanessa Paradis…
Genre : Comédie, Romance
Durée : 1h 47min
Sortie en salle : 29 septembre 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.