Natalia M. King – Woman Mind of My Own : loin des yeux, près du cœur…

Loin des Etats Unis, mais si proche de leur cœur « blues », Natalia M. King nous offre avec son Woman Mind Of My Own un voyage exaltant à travers la musique noire américaine.

Natalia M King Image

Chantons ici les charmes de l’expatriation : pour avoir vécu nous-mêmes plus longtemps hors des frontières françaises qu’à l’intérieur, nous savons que l’on n’aime jamais autant son pays et sa culture que quand on en est loin. La distance gomme les imperfections qui saturent notre vie quotidienne, l’éloignement crée le désir. La France a de tous temps été un havre de créativité pour les artistes américains, et les musiciens n’y font pas exception. Nous étions l’autre soir au concert annuel d’Elliott Murphy au New Morning, et lui-même, ayant survécu physiquement et artistiquement à une grande partie de ses contemporains (à l’exception du Boss, mais c’est une autre histoire…), témoigne sans relâche de comment l’exil – après le rock’n’roll et le blues – a sauvé sa vie. Coïncidence, il invitait sur scène à chanter avec lui une autre Américaine en France, Natalie M. King, et ils interprétaient ensemble une superbe version du – très beau – Pink Houses de John Mellencamp. C’était moins d’une semaine avant la sortie du nouvel album de la farouche – et sympathique, nous pouvons en témoigner – Natalia, Woman Mind of My Own, son premier depuis 5 ans !

Natalia M King ImageHébergée par Dixiefrog, LE label blues français qui fait des étincelles, Natalia nous offre un pur disque de Blues, sans doute le seul de sa carrière à date, mais sa vision du Blues est aussi diverse et changeante que peut l’être cette musique. D’une chanson à l’autre, on passera ici du blues le plus traditionnel (Woman Mind of My Own pourrait avoir été joué dans le delta du Mississipi par Robert Johnson en 1930 !) au plus contemporain (le pugnace AKA Chosen crie la fierté LGBT qui a émergé mais continue menacée par les réactionnaires réunis partout sur la planète)… Mais on reste en permanence émerveillé par la voix de Natalia, impériale sur les neuf chansons de cet album qui conjugue, sans crainte de hiatus stylistique, élévation bouleversante (la ballade soul soyeuse et d’un classicisme exubérant de Forget Yourself, littéralement à pleurer !) et dépression poisseuse (Play On, un titre qui séduira peut-être les nostalgiques du Gun Club hanté).

 

2021 10 30 Elliott Murphy New Morning
Natalia M. King avec Elliott Murphy le 30 octobre au New Morning (Photo : E. Debarnot)

Et puis il y a Pink Houses, bien sûr, sur lequel Elliott joue son troubadour folk vieillissant avec sa voix que l’âge a creusé magnifiquement : un texte à la fois critique politiquement sur les inégalités sociales et raciales, mais qui peut aussi être entendu comme une déclaration d’amour nostalgique parfaite pour Natalia et Elliott… « Oh, but ain’t that America for you and me? / Ain’t that America somethin’ to see, baby? / Ain’t that America home of the free, yeah? / Little pink houses for you and me… » (Oh, mais n’est-ce pas l’Amérique pour toi et moi ? / N’est-ce pas quelque chose à voir, l’Amérique ? / L’Amérique n’est-elle pas la patrie de la liberté ? / Des petites maisons roses pour toi et moi…). On se réjouira presque autant du second duo de l’album, qui réunit cette fois Natalia et le néo-zélandais Grant Haua, lui aussi chez Dixiefrog : Lover You Don’t Treat me No Good est une chanson de pur délice soul classique !

L’album se clôt pourtant loin des références « honorables » qui nous sont venues à l’esprit tout au long de ses chansons : c’est à une reprise – quasiment acoustique – d’une chanson de George Michael, One More Try, que revient le droit de conclure ce voyage à travers la musique américaine ! L’émotion et la technique vocale de Natalia M. King soulignent parfaitement la beauté de cette chanson presque tragique, éloignée de l’atmosphère un peu pop plastique de sa version originale. « Because there ain’t no joy / For an uptown boy / Who just isn’t willing to try / I’m so cold Inside / Maybe just one more try » (Parce qu’il n’y a pas de joie / Pour un garçon des quartiers chics / Qui ne veut tout simplement pas essayer / J’ai si froid à l’intérieur / Je vais peut-être essayer une fois encore…).

En tous cas, nous, loin de l’Amérique comme Natalia, attendrons patiemment, et avec confiance, la prochaine fois qu’elle « essaiera une fois encore »… de nous jouer une musique aussi impressionnante et aussi touchante.

Eric Debarnot

Natalia M. King – Woman Kind of My Own
Label : Dixiefrog
Date de sortie : 5 novembre 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.