Cannes 2016

Neruda – Pablo Larraín

Loin des codes hagiographiques du biopic, le chilien Pablo Larrain propose une relecture brillante et littéraire d’un épisode de la vie du poète et sénateur Neruda.

Diamond Island – Davy Chou

Évocation pop d’une jeunesse cambodgienne pleine de rêves, de filles et de garçons au milieu d’un monde dans le monde, qui ne tient malheureusement pas ses promesses.

Paterson – Jim Jarmusch

Plus modeste et moins fantomatique que son opus précédent, « Only Lovers Left Alive », le nouveau film de Jim Jarmusch déploie néanmoins avec la même classe une mise en scène fluide et aérienne.

Baccalauréat – Cristian Mungiu

Palme d’or 2007 à Cannes, Cristian Mungiu est de retour avec un thriller social doublé d’une parabole morale dans lequel un médecin va renier ses principes pour le salut de sa fille.

Ma’Rosa – Brillante Mendoza

Récompensé à Cannes pour le Prix d’interprétation féminine, le nouveau film de Brillante Mendoza s‘avère être au final un film assez éprouvant.

Mademoiselle – Park Chan-wook

Park Chan-wook filme deux femmes qui s’aiment dans un entrelacs de mensonges et de tromperies. Et se perd finalement dans ses propres circonvolutions.

Moi, Daniel Blake – Ken Loach

Une Palme d’Or 2016 qui ne fait pas l’unanimité. Un Film nécessaire et bouleversant qui vise juste ou bien un film plombé par des personnages vus comme des symboles de la misère moderne ? Moi, Daniel Blake divise la rédaction de BENZINE.

Rester vertical – Alain Guiraudie

Après L’inconnu du lac, Alain Guiraudie partage. Pour l’un, il s’impose en artiste libre dans un film radical aux profondes résonances, et pour l’autre il signe un film morne et triste qui finit par se mordre la queue.