Ether, de Franck Resplandy

ether.jpgDans les couloirs de l’hôpital où elle travaille, la narratrice croise un individu venu soigner une blessure légère. C’est un photographe arrivé de Paris pour un reportage sur les mines. Parce qu’elle est fille de, elle décide de l’inviter chez lui et ce soir-là  tout commence, tout casse, tout se fissure.
Sa vie linéaire faite de ses petites habitudes va voler en éclats. Elle maudit cet homme pour ce qu’il est mais cherche à  le revoir. Et le cercle infernal tourne sans cesse, prenant à  son piège cette femme qui découvre ainsi les ravages de la passion, le corps plié par le désir et la soumission.

« Ether » est l’histoire d’une folle passion, d’une femme concentrée, pudique et réservée, une infirmière dévouée et qui soudainement va défaillir pour l’amour de cet homme.
Il y a d’autres secrets aussi la concernant, sur son passé, son drame intime, ses souvenirs d’enfance. L’histoire a pour cadre le Nord et ses terrils, le ciel de cendres et les paysages neigeux, le froid, le vide, le désespoir. Les réminiscences de la femme sont violentes après avoir longtemps couvé un mystère poignant.

Et c’est un peu là  tout le souci de ce roman : il est sombre, oppressant, inquiétant. Il met à  nu l’attirance d’une femme, son désir et sa perte de contrôle. La relation qui la lie au photographe est cruelle, dangereuse, étourdissante.
C’est difficile d’être touchée et pleinement embarquée. Et la frontière avec la folie est mince, sans cesse en équilibre précaire. Pourtant, on s’accroche à  cette passion dévorante, on retient son souffle pour suivre cette femme jusqu’au bout de son envie.
Tantôt dérangeant et indécent, ce roman a toutefois de quoi vous surprendre. La fin peut déconcerter, mais bon…
A vous de voir.

Stéphanie Verlingue

3.gif

Ether, de Franck Resplandy
Editions Plon – 260 pages, 18.50€¬
Publication : 23/8/2007

 

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *