Soleil de minuit, de Vendela Vida

soleil.jpgA la mort de son père, Clarissa découvre que ce dernier n’était pas son géniteur biologique. Son fiancé Pankaj lui apprend alors avoir toujours été dans la confidence, au grand dam de la jeune femme. Bouleversée, elle décide de tout quitter et part en Finlande pour rencontrer son père qui est prêtre sami. Le voyage est lent, il permet ainsi de réfléchir, de ressasser des souvenirs liés à  l’enfance. Quinze ans plus tôt, sa mère Olivia avait disparu sans laisser de traces. Clarissa et son ‘père’ Richard avaient tenté de la retrouver, en vain. C’était la deuxième fois que la femme prenait la poudre d’escampette, sans crier gare. Son premier mari, Eero, le prêtre sami, en avait fait les frais, perdant épouse et enfant du jour au lendemain. Olivia a la capacité de se rayer de la vie des gens qui l’aiment avec une facilité déconcertante.

Clarissa quitte l’Amérique pour retrouver un père, mais elle va gagner en Laponie bien plus : une nouvelle identité, la vérité sur ses origines, un départ de zéro, une vie neuve. La démarche ne sera pourtant pas simple : de rencontres singulières en révélations étonnantes, Clarissa fera son bout de chemin. Elle découvrira auprès du peuple sami (une communauté qui se rapproche des Amérindiens, proche de la nature, et qui vit grâce à  l’élevage de rennes) un apprentissage plus large de ce que sont le secret de famille, la quête de l’autre et le souci de discrétion. La vérité va éclabousser, mais fera pousser des ailes à  notre jeune femme qui était complètement désoeuvrée à  son arrivée.

C’est le deuxième livre que je lis de Vendela Vida, après Sans gravité qui m’avait énormément touchée. Cette californienne fait partie des jeunes auteurs qui montent, comme Julie Orringer, Aimee Bender, Maile Meloy…, et participe ainsi à  l’avant-garde américaine de la Côte Ouest qui assume le romanesque tout en y insufflant fantaisie, sens du décalage et humour (dixit l’éditeur). Ce roman qui parle des liens familiaux, de ce qui n’est pas dit ou avoué, et de ce qui se répète inconsciemment, de génération en génération, est une histoire au charme irrésistible. Le cadre du cercle polaire accentue le mystère. C’est dans ce pays où il faut transpirer pour libérer ses démons que Clarissa va exorciser son propre traumatisme, le mettre à  la lumière du jour pour la première fois. L’histoire a été inspirée d’après le titre du poème de Marry Ailoniedia Somby, »Let the Northern Lights Erase Your Name » (titre original du livre). Un beau programme !

Stéphanie Verlingue

4.gif

Soleil de minuit
de Vendela Vida
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Adèle Carasso
Editions de l’Olivier
236 pages. 21 €¬
Parution : 7 février 2008

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *