Une ombre, sans doute, de Michel Quint

quint.jpgUn homme arrive dans un village du Nord. Ses parents se sont suicidés. Il n’en connaît pas la raison. Commence alors une quête aux souvenirs. Flash-back : nous sommes pendant la Seconde Guerre mondiale, les parents du narrateur viennent de se rencontrer. Ambiance d’un atelier de couture où les ouvrières chantent, aiment et pleurent leurs amours défuntes. Tout est prétexte à  oublier les noirceurs de la guerre. Arrive un espion anglais qu’il faut cacher, mais un Allemand n’est pas loin qui peut mettre en péril cet élan généreux.

C’est encore une fois un roman remarquable, écrit par Michel Quint qui nous offre, au-delà  d’une histoire émouvante et très fouillée, un style hors pair. J’aime son style, j’aime son genre d’emberlificoter les lettres et les mots, ça court sur le papier et ça roule sur la langue… j’adore ! On n’invente pas une telle écriture, on la sent et on la respire, ça fait du bien d’avaler des goulées pareilles et ça vous brise tous les carcans et les règles bien établies.

L’histoire, parlons-en, est une pelote de noeuds qui court durant des années, depuis la fin des années 30 jusqu’à  nos jours. Le narrateur, de retour dans un village du Nord, a appris la mort de ses deux parents, à  moins de vingt-quatre heures d’écart, et découvre ensuite qu’ils se sont suicidés. Un employé de mairie, un ami d’enfance, à  vrai dire, constate également que le prénom de notre homme, George, est écrit sans S et qu’il faut deux témoins pour attester son identité. La situation est risible, mais pourquoi pas ? Il rencontre Augusta, une ancienne amie de la famille, qui va lui confesser des révélations importantes sur les siens. Cela s’est passé pendant l’occupation des allemands, dans leur petit coin perdu, à  la campagne et dans un atelier de couture. Il y avait Valentine et Paul, les parents du narrateur, et Rob, l’espion anglais qui était tombé fou amoureux de Valentine… Tout le monde n’a pas la graine d’être un héros, on le sait, mais l’humanité est surprenante car elle est capable de briller ou de cracher par sautes d’humeur.

Plus qu’une vérité sur les origines d’un homme, qui semble immunisé contre le chagrin, le roman ouvre les portes d’un placard rempli de fantômes. Tous les acteurs de ce théâtre de boulevard, un peu aigre, sortent des mémoires et revivent devant nos yeux. Le passé reprend forme, le narrateur voit ses personnages et leur vie, non comme un modeste spectateur ou témoin de l’histoire, mais tel un spectateur assis au premier rang »Je laisse voleter et s’ordonner des mots lointains et proches, je m’écoute venir du fond du temps. J’ai cinquante-neuf ans depuis peu et je ne sais plus qui je suis. Sinon le roman d’inconnus en quête d’auteur. Peut-être la littérature n’est rien d’autre que cela, un destin lu à  rebours, corrigé, cette invention de soi qui devient la seule réalité. J’ai tiré une chaise vide à  mon côté, vous n’avez qu’à  vous installer »

Avec Michel Quint il faut juste tendre l’oreille et écouter. Il vous raconte une histoire qui prend son temps, avec des personnages qu’on apprécie, malgré leurs faiblesses ou leur part d’ombre. Il n’y a pas de héros dans ce livre, juste des êtres désespérés et capables (coupables?) d’accomplir des actes fous et insensés. Si c’est pas de l’amour derrière tout ça, c’est quoi alors ?

Stéphanie Verlingue

4_5.gif

Une ombre, sans doute
de Michel Quint
Editeur : Joëlle Losfeld
208 pages – 16€¬
Publication :10/04/2008

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *