Sport de filles – Patricia Mazuy

Gracieuse porte mal son prénom : car la jeune cavalière en rupture avec son ancien employeur et qui a accepté de redémarrer à  zéro dans un haras prestigieux proche du domicile de son père a plutôt un caractère bien trempé, prête à  tout pour avoir un cheval bien à  elle qui lui permettrait d’accéder au sommet, donc de s’extirper de sa condition modeste par la même occasion. On peut effectivement aborder Sport de filles, le nouveau long-métrage de la dijonnaise Patricia Mazuy, comme une parabole de la lutte des classes dont le milieu extrêmement fermé et codifié du monde équestre avec ses enjeux financiers constitue un terreau idéal. Projet initié depuis quelques années et porté conjointement par Marina Hands, sa comédienne principale, Sport de filles mise avant tout sur l’action en laissant de côté toute psychologie. De l’action le film n’en manque guère, principalement véhiculée par quatre femmes qui s’ébrouent autour de Franz Mann, un entraineur allemand à  la réputation légendaire et courue. Gracieuse bien sûr, mais aussi la compagne et la fille de Mann, plus une riche cliente anglaise venue de Miami qui est aussi la maitresse et ambitionne de mettre la main sur l’ancien champion.

Le film se déroule en France et en Allemagne, durant un concours hippique qui devient le théâtre loufoque et grand-guignolesque des rivalités et des ambitions à  la limite du ridicule. Peut-être faut-il aimer beaucoup les chevaux (omniprésents dans le film) pour apprécier le film de la réalisatrice de Saint-Cyr. Car les scènes d’entrainement, de soins et de gala occupent en grande majorité l’espace de la narration, qui a aussi fâcheuse tendance à  s’éparpiller et à  s’étioler. Sport de filles joue beaucoup sur la pluralité des nationalités (française, allemande et anglaise) et provoque du coup la collision des langages : Gracieuse, sèche et peu aimable, ne fait aucun effort pour être sociable alors que l’entraineur, tiraillé entre sa compagne autoritaire (Josiane Balasko inattendue) et sa maitresse envahissante, se débat avec les subtilités de la langue de Molière. Petit à  petit, le film bascule dans le burlesque (Gracieuse se retrouvant dans le coffre d’une voiture) et s’éloigne du coup de son intention initiale pour se concentrer sur la trajectoire atypique d’une jeune femme mal embouchée mais terriblement persuasive et résolue.

Malgré le parti pris de l’action et le refus de psychologisation, ce sont malheureusement l’ennui et le désintérêt qui priment. Revêche et imprévisible, Gracieuse n’attise en rien la sympathie et son comportement nous parait puéril ou à  peu près incompréhensible. Quant aux petites mesquineries qui se font jour pendant le concours allemand, il faut avouer que nous passons largement à  côté. La lumière toujours remarquable de Caroline Champetier, la musique de John Cale et un casting bigarré (avec le suisse Bruno Ganz qu’on a vu chez Wenders) ne suffisent hélas pas à  sauver le film dont on ne devine que par instants l’ambition et l’exigence.

Patrick Braganti

Sport de filles
Drame français de Patricia Mazuy
Sortie : 25 janvier 2012
Durée : 01h41
Avec Marina Hands, Josiane Balasko, Bruno Ganz,…

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *