La Désintégration – Philippe Faucon

À l’image de son titre bref et explicite, La Désintégration, le dernier film du réalisateur Philippe Faucon, est un film dépouillé et concis qui parvient à  aller en à  peine quatre-vingts minutes à  l’essentiel et devenir du coup lui-même un long-métrage essentiel, sorte de film dossier, qui rend compte d’une certaine réalité de la France contemporaine. La trajectoire d’Ali, qui passe des études au terrorisme, est ici traitée avec la même radicalité que cet impressionnant raccourci.

Le réalisateur de La Trahison a donc choisi à  dessein l’ellipse et l’épure pour montrer l’enchainement accéléré d’événements mineurs qui déterminent et scellent néanmoins le destin d’Ali, comme celui de ses deux amis Nasser et Hamza. C.’est donc bien un mécanisme de désintégration que Philippe Faucon décrit, : celui des blessures, des désillusions ressenties comme un empêchement et un frein qui génèrent aigreur, rancoeur et frustration, le terreau idéal sur lequel un aîné trentenaire, charismatique et fin observateur, va bâtir son entreprise d’endoctrinement et de retrait du monde (famille, travail). Ramassé et concis, le film se révèle terriblement implacable tant il met en scène l’impossible retour en arrière et l’éventuel enrayage d’un engrenage parfaitement huilé. On aurait pu craindre sur un tel sujet un traitement manichéen ou caricatural, mais les personnages de l’Imam modéré prêchant justement contre l’escalade violente, et surtout ceux de la mère et du frère aîné d’Ali sont là  pour rappeler la complexité de la situation, et aussi qu’il existe un Islam éclairé et pacificateur, hélas plus discret ou moins médiatisé que l’Islam des valeurs rétrogrades, récupérant les colères et les insatisfactions d’une jeunesse ostracisée pour les rallier à  sa funeste cause.

La transformation d’Ali, qui s’opère doublement sur le plan mental et physique (le nouveau venu (Rashid Debbouze particulièrement convaincant), trouve à  la fois ses origines dans les refus répétés qu’il essuie lors de sa recherche de stage et dans la perception imprécise du parcours de ses parents. Peut-être l’image du père malade et hospitalisé souligne-t-elle avec insistance cet état de faits, alors que le reste se démarque au contraire par l’absence de sensationnalisme et de messages délivrés. l’approche de Philippe Faucon ressort de la sociologie, en tout cas elle saisit par sa justesse et sa réussite à  établir un état des lieux quasi exhaustif sans fioritures ni lourdeurs. Au contraire, on trouve même que la dérive d’Ali se produit trop rapidement, mais au final cela participe à  la concision de l’ensemble.

Patrick Braganti

La Désintégration
Drame français de Philippe Faucon
Sortie : 15 février 2012
Durée : 01h18
Avec Rashid Debbouze, Yassine Azzouz, Ymanol Perset,…

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *