L amour, de Bastien Vivès

« Une pensée pour toutes ces filles qui m’ont traîné à  terre et m’ont abandonné seul avec mon désespoir, pour choisir des vies misérables et insignifiantes que je peux contempler aujourd’hui grâce à  la photo de leurs profils sur Facebook ». Voilà  la dédicace, lourde et grave, que choisit Bastien Vivès pour ouvrir  » l’Amour  » le troisième tome de sa saga incisive dont six tomes sont prévus chez Shampooing (Delcourt).

À l’image de son dessin, simple, la formule déjà  testée sur son blog continue d’être efficace. Après s’être affirmé geek et s’en être moqué dans  » Le Jeu Vidéo  » et après s’être attaché à  détourner les relations familiales dans  » La Famille  » (et rire sur l’inceste), Vivès se tourne vers un thème certes moins original mais peut-être inévitable : l’amour (avec un tout petit  » a « ).

On y trouve un peu de tout : un premier RDV amoureux sous forme de QCM, une discussion d’oreiller sur des fantasmes pervers mettant en scène une boîte de raviolis ou des cadavres à  la morgue, un homme qui demande à  son ami de bien vouloir accompagner sa femme pour sa première soirée en club échangiste, ou encore des hommes inquiets, angoissés, qui tentent d’expliquer à  leur conjointe leurs doutes sur l’existence de l’Islande.

A nouveau, Vivès prend plaisir à  imaginer des scènes subversives et à  explorer la cruauté des coeurs. Armé d’un langage fleuri et de répliques qui ne cachent rien et n’ont pas honte d’elles-mêmes, Vivès confirme son humour décalé et caustique. Le thème de l’amour semble peut-être un peu moins précis que les précédents, ce qui rend les gags un peu moins ciblés, le rassemblement moins cohérent, efficace. Si le choix de la narration, en gags courts et instantanés, enfin, et le ton parfois improbable peut agacer les uns, les autres seront séduits par le décalage de l’humour, par l’arbitraire séduisant, peut-être même, de certaines scènes.

Les petits Vivès se lisent comme des jeux que l’on accepte de jouer. Ils sont divertissants, sans prétention aucune.

Fabrice Blanchefort

l’amour
Scénario & dessin : Bastien Vivès
Editeur : Delcourt/Shampooing
190 pages – 9,95€¬
parution : Juin 2012

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *