Home, de Toni Morrison

 » Home  » vient couronner la longue carrière de Toni Morrison en offrant un récit limpide, concis et poignant, où se concentrent les thèmes chers à  l’écrivaine – dont la négritude, la ségrégation ou la guerre dans l’Amérique des années cinquante. Le roman adopte également divers registres, partant d’un récit réaliste rapportant le parcours d’un Noir américain de retour de la guerre de Corée, auquel viennent se greffer des moments poétiques, d’intenses et lugubres introspections, ainsi qu’un dénouement livrant une  » morale de l’histoire  » à  la manière d’un conte.

Toni Morrison choisit en effet de nous raconter l’histoire de Franck Money, jeune homme noir américain portant malheureusement très mal son nom puisque, depuis son retour de Corée où il aura notamment perdu ses amis d’enfance, il erre comme une âme en peine, mi saoul mi fou, sans un rond dans les poches. Nous récupérons ainsi la trajectoire d’un homme meurtri et traumatisé par la guerre, en proie à  des hallucinations, mais qui tente malgré tout de garder le cap suite à  un courrier lui annonçant que sa petite soeur chérie, Cee, se trouve en danger de mort.

 » Home  » se construit donc comme le trajet d’un homme tout tendu vers un seul objectif : sauver sa soeur, seul être au monde qui compte encore pour lui. Mais de Central City, en passant par Portland, Chicago ou la Géorgie, nous sommes témoins des ségrégations et des violences que connaissent les Noirs dans une Amérique ségrégationniste. Par là , Toni Morrison brosse le portrait de toute une époque, à  travers de petits épisodes souvent bien cruels, au creux desquels jaillit le sens fondamental de son écriture : rendre compte de la négritude. Mais le parcours de Money n’est pas jalonné que de mauvaises rencontres. Des inconnus l’aident, le conseillent – il demeure également de la générosité dans le coeur des hommes, certains sont encore bons.

Aussi, ce roman se propose d’explorer la conscience de ses principaux protagonistes dans de courts chapitres où Franck ou Cee se livrent tour à  tour à  coeur ouvert. Ces magnifiques passages viennent ainsi rythmer le récit linéaire du parcours de notre héros, tout en apportant un autre éclairage sur la psychologie des personnages. Qu.’est-ce qui peut miner à  vie l’esprit d’un homme ? Quels redoutables souvenirs ? De quoi est-on capables de se rappeler ou, au contraire, que refoulons-nous ? Toni Morrison nous jette ici dans les méandres de consciences douloureuses, dont nous découvrons petit à  petit l’histoire et les origines.

Car  » Home  » n’est pas qu’une quête ou une recherche. C.’est avant tout la question du retour. Le retour sur le sol de sa patrie après la guerre, certes, mais surtout la déchirante question du  » chez soi  » de la  » maison  » et des origines, pour un frère et une soeur qui ont préféré fuir, chacun à  leur manière, ce maudit patelin de Lotus, en Géorgie, où ils ont grandi.  » Home  » c’est donc la possibilité de s’inscrire sereinement et pleinement dans une tradition, d’accepter sa filiation, ses origines, et d’y découvrir les clés d’une sagesse ancestrale ouvrant la porte du bonheur.

François Salmeron

 » Home  » roman de Toni Morrison
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christine Laferrière
Editions Christian Bourgois
153 pages, 17 Euros
Sortie : 23 août 2012

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *