[monnot-mania] Le Renoncement De Howard Devoto – Benjamin Fogel

benjamin-fogel-2015

Cette semaine, parlons une nouvelle fois de pont interdisciplinaire musico-littéraire, parlons de l’intéressant « roman » de Benjamin Fogel, paru aux éditions Le Mot Et Le Reste : Le Renoncement De Howard Devoto.

Le Renoncement De Howard Devoto : Benjamin FogelÉcrire la biographie d’un rocker, même talentueux, n’érige en général pas grand-chose. Pas même son tumulus funéraire. Le style est souvent émoussé jusqu’à la garde, contractuel, répétitif, un peu chiant et forcément émaillé de quelques anecdotes marrantes ou glauques, narcotiques, éthyliques, sexuelles… (je généralise bêtement.) Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir le parcours aussi atypique que méconnu du chanteur, un temps des Buzzcocks, puis de Magazine, ce raccourci tout juste digne d’une rhétorique politicienne ne tient pas la route une seconde.

Je vais être franc :
– De Devoto, je n’ai jamais entendu parler avant d’ouvrir le livre de Benjamin Fogel.
– Des Buzzcocks, je ne connais qu’un titre sur le délicieux et hors d’âge Best Of Peel Sessions de Lenoir (Fast Cars : 1/ Devoto a déjà quitté le groupe, 2/ le punk et moi, nous nous sommes vraiment ratés…).
– De Magazine, j’ai eu en main, il y a quelques années, le premier opus, Real Life. Je l’ai extrait dans mon P.C. sans jamais l’écouter.

« Je suis complètement corrompu, n’ai aucune intégrité et suis ouvert à toutes propositions d’enrichissement personnel. »

Quand le boss m’a envoyé un mail pour me demander si j’étais intéressé par le propos du bouquin, renard infâme et rusé, je me suis dit que l’anniversaire de mon frère approchant, ce serait une bonne idée-cadeau-pas-cher. (Je ne refourgue pas mes « service-presse » chez Gibert Jeunesse ou sur Le Bon-Coin, j’ai une filière plus vicieuse. Le dernier Martinelli par exemple a été recyclé pour la fête des mères). Je te rappelle que je suis complètement corrompu, que je n’ai aucune intégrité et que je suis ouvert à toutes propositions d’enrichissement personnel.
Seule once de professionnalisme : je lis et écoute tout ce qu’on m’envoie et me fais un devoir d’écrire dessus afin de ne pas tarir la miraculeuse source. Et là, ma foi, je suis tombé de relativement haut. Pour deux raisons : le personnage lui-même, et la manière dont il est abordé par Benjamin Fogel.

Howard-Devoto-photo

Qui est Howard Devoto ? Un jeune gars de Manchester pas plus brillant que ça, issu des classes moyennes qui se retrouve à l’endroit exact au moment pile… jusque-là rien d’exceptionnel… et qui de surcroît, c’est sa force, met en lien les deux dimensions. De quasiment rien, il fait presque tout avec une détermination hallucinante, frôlant l’autisme (je galvaude un terme médical… je sais…) et le mépris de son prochain. Le gars réussit à faire venir les Sex Pistols, alors en plein boum, à Manchester en empruntant la voiture d’une copine le temps d’une virée hasardeuse à Londres. Ce concert restera gravé dans la pierre, non pas tant pour ce qu’il s’y joua sur scène que pour la concentration de génies « en devenir » du pop-rock dans la fosse. De mémoire les futurs Smiths, Joy Division, The Falls et d’autres que j’ai oubliés… The place to be ! Armé de cette même détermination et d’un début de notoriété dans le punkland, il fonde dans la foulée les Buzzcocks, se démène comme un damned (c’est placé) pour sortir de façon complètement indépendante, un premier E.P. (Extended Play=mini album) en fondant son propre micro label. Succès total. Lassé et pressentant le déclin inévitable du mouvement rebelle mais de toute évidence transitoire, il plaque tout au bout de six mois, alors que la gloire lui tend les bras, pour fonder Magazine, pratiquer un musique nettement plus évoluée et devenir un des précurseurs du post-punk et de la new-wave. Rien que ça… Sorti de nulle part, il a la petite vingtaine et ce n’est que le début du périple.

« Fogel réinvente la vie de Howard Devoto, le fait parler, réfléchir, se regarder dans le miroir en associant calvitie naissante et psychologie-métaphysique. »

Je parlais de pont dans le premier paragraphe et bien l’édifice qui résume le mieux notre affaire c’est celui de la rivière Kwaï ! Bric à brac et auto-sabordage…
Là où Benjamin Fogel est très bon, c’est dans la façon de traiter son sujet. Il aurait pu se contenter de relater les faits sans se mêler de grand-chose d’autre, la matière première étant finalement hyper riche, mais non… Il monte, bâtit, échafaude son ouvrage en « roman », comblant les vides par de la fiction, des dialogues, il réinvente la vie de Howard Devoto, le fait parler, réfléchir, se regarder dans le miroir en associant calvitie naissante et psychologie-métaphysique. Tu te retrouves avec l’analyse de l’auteur dans la tête de son héros. Non seulement ça passe tout seul mais en plus ça la crédibilise : ce n’est pas lui qui extrapole mais Devoto qui pense. Le procédé, complètement schizophrène, est d’une grande habilité.

Te voilà donc baladé entre réalité, analyse et fiction au fil des quasi deux cents pages de cet ouvrage frontalier de la bio, de l’essai journalistique et du roman. Langue très agréable, classique, s’acoquinant de quelques timides familiarités finement placées pour mettre le doigt où ça fait mal. La vie ahurissante et les choix péremptoires de Devoto, sont prétexte à une étude poussée de la scène rock anglaise des années 70/80. Loin de la bible pour fan hardcore Le Renoncement De Howard Devoto ne requiert aucun bagages ou savoir encyclopédique, il raconte la vie d’un type hors du commun qui navigue en zigzags et ne revient jamais sur ses décisions… la vie d’un type qui aimerait bien avoir le génial talent polymorphe de Bowie et qui se fait piquer la vedette par le suicide de Ian Curtis. Le bouquin posant implicitement deux questions : 1/ Joy Division serait-il devenu le phare mancunien qu’il est aujourd’hui sans la passion de son leader pour les nœuds coulants ? 2/ La place vacante… Devoto & co auraient-ils pu accéder au Saint Graal ?

Benjamin Fogel te donne en tout cas l’occasion de (re)découvrir Magazine (dont je te conseille vivement Secondhand Daylight) et celle de te plonger dans le catalogue d’une discrète et qualitative maison d’éditions marseillaise : Le Mot Et Le Reste.

Stéphane Monnot

Le Renoncement De Howard Devoto
Roman de Benjamin Fogel
Editeur : Le mot et le reste
179 pages – 17€
Parution : 17 février 2015

 

Envie de partager :