[Amazon Prime] The Vast of Night : un film de SF 50’s vintage aux allures de podcast audio

Film légèrement survendu ici et là, The Vast of Night se présente comme une sympathique revival du film de Science-fiction des années 50 mais bien trop balisé pour qu’on y trouve totalement son compte.

THE VAST OF NIGHT photo
© Amazon Prime Video

L’autre jour je tombe sur ce titre émanant du site web de Télérama :  “L’un des meilleurs films de 2020 est sur Prime Video : “The Vast of Night”, une première œuvre déjà culte ». Damn ! Télérama, l’abonnement de mes parents depuis un demi-siècle, une référence qui te fait directement penser que non, il ne s’agit pas d’un publi-reportage mais bien d’une critique.
Il faut croire que Télérama recrute désormais des Youtubeurs dans ses équipes. The Vast of Night n’est pas un film honteux, mais le titre proposé par l’hebdo culturel a tout de la surenchère coutumière visant à justifier encore l’existence des prescripteurs culturels.

The_Vast_of_Night. afficheIl faut bien reconnaître que le film cumule les petites accroches dont sont friands les journalistes : un premier essai, donc, un adoubement – Steven Soderbergh visiblement, qui fut un jeune prodige en son temps et tente désormais de se rappeler au bon souvenir des spectateurs en apparaissant dans l’orbite de la nouvelle garde, comme le font les stars du rock – , un parti pris (le temps réel), un genre (la SF) doublé d’un autre parti pris, celui de transformer l’absence de budget en choix artistique.

Petite chose un peu anodine, The Vast of the Night joue donc la carte résolument modeste d’un épisode de la Quatrième dimension, avec paranoïa des années 50 sur l’invasion soviétique alliée à une possible visite extraterrestre. Si le chemin est balisé, les éléments attendus (les témoignages, les indices, le jeu consistant à différer le plus possible la confrontation ou non au surnaturel), certains éléments valent qu’on s’y attarde. Toute la thématique de la radio et la communication téléphonique donnent ainsi un premier rôle à la voix et au récit parlé, allant jusqu’à oser certains plans noirs effaçant l’image au profit du primat de la parole. Un enjeu culotté dans un monde gavé de signes, qui rappelle un peu les expériences de The Guilty, lui aussi un premier film, et qui exploite avec intelligence la dimension vintage d’une histoire qui, sans cette idée, s’en tiendrait à du réchauffé sans surprise.

Reste à déterminer ce qui justifierait qu’on fasse de ce récit un film plutôt qu’un podcast audio (qui serait sûrement très bon, par ailleurs). Une certaine aisance visuelle, un joli rythme dans les plans-séquence initiaux de walk & talk, une exploitation de la nuit et de la durée en cheville avec les ressorts de la tension, la liste est tout de même fournie pour reconnaître des qualités.

Après, l’un des meilleurs films de 2020 ? Si l’offre fut certes réduite par la situation sanitaire, il faut raison garder. Quant au culte, il se mesure généralement sur la durée. Autant d’éléments qui font défaut à ce titre putassier, qui recherche aussi laborieusement que ce film à générer un frisson qui reste aux abonnés absents.

Sergent Pepper

Film Américain de Andrew Patterson
Avec Sierra McCormick, Jake Horowitz, Gail Cronauer…
Genre : Drame, Science fiction
Durée : 1h 31min
Disponible depuis le 3 juillet 2020 sur Amazon Prime Video

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.