Fragments d’une mémoire infinie – Maël Renouard

Une plongée dans les expériences numériques de Maël Renouard qui nous en dit long sur nos propres habitudes. Pertinent !

MRenouard

Sur le web, on papillonne, on picore, on prend ici et là. Le livre de Maël Renouard colle parfaitement à son sujet et utilise les mêmes codes. Bouts de phrase. Idées fulgurantes. Associations d’idées. Un parfait reflet de nos comportements numériques. Mais le monsieur est érudit et les références disséminées tout au long de son livre offre une épaisseur aux propos. Baudrillard, Valéry, Barthes accompagnent le philosophe dans les méandres de sa mémoire.

RenouardMaël Renouard, vous ne connaissez peut-être pas son nom. Mais vous connaissez forcément sa plume. C’est lui qui a écrit tous les discours de François Fillon alors Premier ministre. C’est aussi lui le nègre de « Faire », le récent livre programme du candidat à la primaire de Les Républicains. Ici, le programme de l’auteur est simple : prouver que nos traces laissées sur la toile ne s’effacent jamais. L’auteur écrit : « La disparition est en train de devenir une chose impossible (…) La disparition au sens le plus propre comme cessation d’une apparence sans que cela implique l’anéantissement de l’être qu’il y a derrière cette apparence. »

Maël Renouard parle de ses premiers pas sur Facebook en… 2007. Eh oui déjà ! Il offre un savant mélange entre Hegel et Malebranche et ses tribulations sur You Tube ou Google Maps. Le tout saupoudré de témoignages d’amis concernant leur usage d’internet. C’est parfois édifiant. Cela nous raconte aussi un peu. « Qui, sur l’internet, n’est jamais parti en quête de ses amours mortes, des amis qu’il n’a plus vus depuis des années ? Temps perdu passé à rechercher le temps passé perdu ».

À l’heure où l’on nous explique que chacun de nos faits et gestes est répertorié sur le web, que des dizaines de cookies nous tombent dessus à chaque page consultée, que nos données numériques personnelles contribuent à l’influence du big data, le livre de Maël Renouard est d’utilité publique. Prenons conscience, une bonne foi pour toute, que naviguer que la toile n’est pas un geste anodin. Pas moralisateur, ni pourfendeur, l’auteur se contente d’expliquer. Il dissèque ses expériences numériques quotidiennes. Mais ce sont les nôtres qu’il met en relief. Pas de paranoïa juste des faits, savamment décortiqués. Cliquez, vous êtes surveillés…

Delphine Blanchard

Fragments d’une mémoire infinie
Maël Renouard
Éditeur : Grasset
272 pages, 19 €
Date de parution : mars 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *