5+5 = Popincourt

Juste après avoir sorti son premier album, Olivier Popincourt nous parle de ses disques favoris d’hier et d’aujourd’hui.

popincourt

Olivier Popincourt a sorti au début de l’été 2016 A New Dimension To Modern Love, un amour d’album pop à l’ancienne, aux chansons mélodieuses et subtilement arrangées. De la pop fraîche, soyeuse, charmeuse et entraînante qui devrait ravir les fans de Cardinal, Orwell, High llamas et autre Fugu…

juin 2016

5 disques du moment :

FIELD-MUSIC-Commontime

FIELD MUSIC – Commontime
Les frères Brewis sont vraiment impressionnants: multi-instrumentistes hors pairs, ils arrivent à aligner d’excellents albums depuis 10 ans en sachant expérimenter, faire une musique complexe sans jamais que ce soit aux dépens des chansons, des mélodies. Et toujours avec une production fraîche et impeccable. Leur dernier opus sorti en début d’année confirme cette règle avec ce morceau incroyable « The noisy days are over » : une pop funky remarquée par Prince lui-même !

DEXYS – Dexys do Irish and Country Soul
Les Dexys Midnight Runners ont attendu 28 années pour ressortir un album magnifique en 2012 et en ont profité pour raccourcir leur nom à « Dexys ». Kevin Rowlands est un personnage unique, fan absolue de soul et de fringues. Leur dernier album réalisé au printemps est constitué d’une collection de standards « Irlandais et Country », adaptée avec leur style, leur son extrêmement épuré, ces cordes subtiles et cette voix tellement identifiable. Si l’expression « ageing with grace » a un sens ce serait certainement pour cet homme à la classe absolue.

VAN MORRISON – It’s too late to stop now
J’avais ce live sur une vieille cassette et la réédition récemment parue en vinyle est lumineuse, une totale redécouverte. Van the man ! L’homme qui a écrit « Gloria » quand même ! Ayant quitté Them et Belfast pour la Californie en plein trip hippy, il assortie dans ce set enregistré en 1973 à San Francisco ses propres compositions à des standards de Sonny Boy Williamson ou Ray Charles avec un groupe comprenant cuivres et cordes et une interprétation est à fleur de peau.

TRICATEL RSVP – Composition instantanée et improvisation collective
J’adore Bertrand Burgalat, l’artiste le plus visionnaire, cohérent, élégant et aventureux de l’hexagone. Dans ce disque paru l’an dernier il invite des amis (dont l’excellent Chassol) à improviser autour d’une rythmique redoutable et c’est très réussi comme on peut le voir dans le clip dada de « Lightyears » dans la playlist ci-dessous.

FRENCH BOUTIK – Hitch a ride
Un choix totalement subjectif: mes amis de French Boutik ! Avec 3 EP, et des concerts dans toute l’Europe mais aussi en Russie et au Canada, les French Boutik se sont forgés une sacrée réputation avec leur pop moderniste et la belle personnalité de chaque membre du groupe.  « Hitch a Ride » est un titre génial, du Tamla Motown contemporain avec Didier Wampas qui s’invite dans le clip ! Un album auquel j’ai eu la chance de participer et qui va surprendre beaucoup de monde va sortir à la rentrée.

5 disques pour toujours :

THE CLASH - London Calling

THE CLASH – London Calling
Le meilleur double album de tous les temps: chansons parfaites, énergie incandescente, production intemporelle . Les Clash ont su se libérer du carcan limité du Punk et créer une musique métissée empruntant autant autant au Rockabilly, qu’à la Pop, au Ska, à la Soul et ou au Reggae (Cette ligne de basse dans « Guns Of Brixton » !), le tout avec une classe folle. Le niveau musical est impressionnant et Topper Headon fait des merveilles à la batterie. Et puis quoi, il y a Joe Strummer ! Aucun groupe n’a incarné depuis selon moi cette quintessence absolue du Rock: The last gang in town !

THE STYLE COUNCIL – Our Favourite Shop
A 24 ans, Paul Weller fait exploser les Jam alors au top en Angleterre pour créer un groupe de Blue Eyed Soul, hédoniste, ouvert au monde et politisé (soutient aux mineurs contre Thatcher en 1984) et beaucoup lui rient au nez. Mais Weller a une vision et déborde de créativité . Our Favourite Shop » restera leur meilleur album, d’une variété inouïe : Soul incandescente (« Walls come tumbling down » – ce clip tourné en 1985 de l’autre coté du mur justement !), Bossa-Nova, Philly Sound, Pop avec violons façon « Eleonor Rigby », interludes Jazz et même un morceau de rap ! Et ce nom de groupe : quelle arrogance ! La pochette est en rêve de fan : le groupe y affiche ses influences : disques de Soul et de Jazz, livres de contre-culture, et bien entendu une myriade de référence au mouvement mod.

JOE JACKSON – Night & Day
Alors que à la fin des 70’s / début des 80’s beaucoup se bousculaient au CBGB voir d' »épouvantables groupes Punks » (selon ses dires), Joe Jackson passait lui ses nuits dans les quartiers Latinos à se gorger les oreilles de Salsa et de musiques Afro Cubaines. Délaissant son groupe originel – excepté son merveilleux bassiste Graham Maby – , il crée donc cette ode à New-York City avec une face « Nuit » dont tous les morceaux sont fondus / mixés et une face « Jour » plus tranquille. Pas une guitare à l’horizon mais des percussions à gogo, une profusion de claviers et des compositions superbes dont ce magnifique « slow song » qui clôt encore ses concerts actuellement et où il supplie le DJ de baisser un peu le volume : »Music has charms they say / But in some people’s hands / It becomes a savage beast »: tout est dit.

CAROLE KING – Tapestry
Après avoir écrit en couple une quantité monstrueuse de tubes dans les 60’s à New York, Carole King se retrouve sur la côte ouest et enregistre en 1971 cet album parfait, avec une formation intimiste et des mélodies gorgées de Gospel. Le niveau de songwriting, d’interprétation et d’émotion est tout simplement bluffant. Une référence absolue qui s’écoulera à 25 millions d’exemplaires.

WES MONTGOMERY – The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery
Comment choisir un album de Jazz ? Exercice cruel s’il en est ! Etant guitariste, je me porte donc sur Wes, pour la pureté de son jeu, toujours mélodique, jamais démonstratif et son style unique: pas de médiator mais les cordes frottées avec le « gras » de son pouce. Et puis quel groove ! Sur ce disque Wes est accompagné de Tommy Flanagan entendu notamment auprès de John Coltrane et d’Ella Fitzgerald et des frères Heath à la rythmique. Cet album montre que Wes n’est pas qu’un simple interprète mais aussi un superbe compositeur, notamment avec « West Coast Blues ».

La Playlist 5+5 de Popincourt s’écoute :

Popincourt – A New Dimension To Modern Love (Label: Jigsaw Records)

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *