Chocolat – Rencontrer Looloo

Troisième album pour les québécois, qui  abordent un virage rock plus ancré dans les  70’s. Mais à quoi donc carbure Chocolat ?

chocolat band 2016

La pochette : tout un programme, a l’image du contenu.  Délaissant quelque peu le son garage présent sur Tss Tss, leur précédent album paru en 2015, le groupe a pourtant investi le même studio d’enregistrement  avant que celui-ci ferme définitivement. RIP Studio Victor donc.  Avec un son plus concis et des  arrangements audibles, Rencontrer Looloo fait la part belle aux riffs  et solos de  guitares, aux montées furieuses de saxo et de piano.

Chocolat Retrouver Looloo tenage menopauseLe chant de Jimmy Hunt reste toujours bien psyché, en français et noyé sous les effets. Tout ceci sous haute influence de l’usine Sandoz de Bâle, pourvoyeuse de LSD en son temps. On pourrait y croire. Écrit sous un concept fumeux, soit la recherche d’un demi-dieu nommé Looloo, le groupe manie l’humour sérieux avec facilité, les textes sont toujours hautement perchés et chantés avec  brio. Ah Ouin, Le faucon, Le Chacal et le Vaisseau Spatial en sont de parfaits exemples.

Hormis de superbes moments apaisés, Koyaanisqatsi, Mars et Les Mésanges et l’hilarant On est meilleurs qu’Rem – fallait oser -, les autres titres semblent exhumer une écriture plus proche du Prog-Rock voire du  Jazz-rock, vu la complexité de leurs compositions.

On peut aussi parler de hard psyché ou de rock a riffs déjà croisés, il y a fort longtemps et dans une autre vie, auprès des Rolling Stones, période Mick Taylor, Iron Maiden ou Led Zep. Surprenant mais pas tant que cela pour un groupe dont la culture musicale s’étire sur au moins quatre décennies.

La Québec touch souffre d’aucun complexe culturel. Chocolat en est la preuve.

Mathieu Marmillot

Chocolat – Retrouver Looloo
Label : Teenage Menopause
Sortie : 11 novembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *