Le Rideau de sucre

« Le Rideau de sucre » revient avec nuances et intelligence sur une génération de Cubains (celle de la réalisatrice) qui avaient 20 ans dans les années 80 et qui loin de vivre la révolution comme un goulag espéraient lui donner un peu d’air. Partie de Cuba en 1990 pour assister son père (Patricio Guzman l’auteur de l’excellent documentaire »La Bataille du Chili ») sur un tournage, elle ne revient qu’en 1994 pour constater que cinq années de période spéciale lui ont rendu méconnaissable son pays d’enfance. La réalisatrice décide caméra vidéo à  la main de faire revivre cette mémoire qui, de nouveau mise à  mal par les passions idéologiques, est menacée d’effacement.

La caméra mal assurée, l’image à  la limite du flou et les couleurs saturées, la réalisation nous ramène à  l’esthétique des films Super 8 en vogue à  la fin des années 70 et délimite son sujet. Camila Guzman Urzua a vécu son premier exil en 1973 à  l’âge de deux ans alors que sa famille est accueilllie par le régime cubain après le coup d’état qui a renversé Salvador Allende au Chili. Camila dans un subtile montage d’images contemporaines et de paroles nostalgiques oppose son vécu heureux d’enfant à  celui oppressant d’adulte. Elle évoque le bon fonctionnement du système éducatif et des structures. Elle raconte les espoirs au milieu des années 80 d’une jeunesse éduquée, formée aux aspirations ambitieuses et légitimes qui s’émancipe et s’exprime au sein de la révolution avec la volonté non pas de l’étouffer mais au contraire de l’aérer. La réalisatrice rappelle que pour nombre de jeunes étudiants la chute du mur de Berlin a mis au grand jour les aberrations d’une économie qui vivait au-dessus de ses moyens, totalement dépendante du bloc soviétique. En 1991, Cuba reprenait sa taille géographique et la population cubaine allait bientôt s’apercevoir qu’il était plus facile de gagner sa vie en étant portier d’un hôtel que médecin ou ingénieur après cinq années d’études universitaires.

Du coup, le film de Camila Guzman Urzua pose le problème de l’avenir économique de Cuba. En énumérant dans les dernières minutes du film la longue liste des noms de cette jeunesse formée par la révolution cubaine qui a choisi l’exil pour jouir de leur savoir, la réalisatrice pointe l’absence de relève. Et quand on sait que la bonne santé d’un pays est étroitement liée au niveau d’éducation de son peuple, la suite du »Rideau de sucre » pourrait s’intituler »Le mur du savoir ».

Cédric Vigneault

4.gif

Le Rideau de sucre
Film français de Camila Guzman Urzúa
Genre : Documentaire
Durée : 1h20
Sortie : 10 Octobre 2007

La Bande annonce :

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *