Le Club des caméléons, de Milan Dargent

L63331.jpg

L’autobiographie peut revêtir plusieurs formes. La chronologie, le flash-back, l’anecdote détaillée…Monsieur Dargent a lui choisi un Who’s Who éclectique des personnages qui ont jalonné son existence jusqu’aujourd’hui. Qu’ils soient réels ou imaginaires, célèbres ou pas, furtifs ou durables, les gens de la vie de l’auteur ont, finalement, posé chacun une pierre dans son édifice personnel, cet édifice qui fait ce qu’il est devenu aujourd’hui. Et qu’ils soient de bons ou de mauvais souvenirs ne change rien à  l’affaire, ce roman leur rend hommage.

Pêle-mêle, nous trouvons dans ce recueil de souvenirs croquignolets son petit chien de compagnie Youki qui s’en est un jour allé sans prévenir personne, en solitaire, Napoléon Bonaparte et le Che, figures de proue de ses années lycéennes, Bertrand et Fred, compagnons de route et de galères, Lou Reed, son idole qui vaut à  Milan Dargent les plus belles pages de ce livre, pages enfiévrées d’un fan qui décrit mieux que personne ses émotions à  l’écoute de l’artiste.

Pas totalement nostalgiques, toujours empreintes d’humour, les mémoires du jeune Milan se lisent très agréablement, et donnent presque envie de tenter soi-même cet exercice de style où chaque paragraphe, tel un fragment d’existence, est titré d’un prénom et annonce l’élément central d’une anecdote savoureuse et sa conséquence dans la vie actuelle de l’auteur.

En somme, un petit régal, simple et frais, pour démarrer une année drôle et ouatée.

Jean-François Lahorgue

4.gif

Le Club des caméléons, de Milan Dargent.
Editions du Dilettante, 158 pages, 14 €¬
Date de parution : janvier 2010.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *