Memoryhouse – Soft Hate

On avait aimé très très fort Memoryhouse sur ses premiers EP puis un peu moins avec le premier album. Avec Soft Hate, leur second LP, on est quelque part en renouvellement raté et immobilisme. Une maison peu habitée comme désincarnée.

Memoryhouse photo 2016

On les a aimés fort fort les petits canadiens de Memoryhouse avec leurs EPS qui faisaient fantasmer en nous tous les espoirs. Trop peut-être.
Car finalement la construction de l’envie, du fantasme dans notre découverte de nouveaux artistes est parfois plus importante que le disque lui-même. Les différents petits indices que l’on va chercher dans ce qui sera la passion dévorante à venir, le petit point de fixation auquel on reviendra tout le temps. Des points de fixation qui parfois perdurent dans le temps, qui parfois se diluent presque malgré nous.
Car le goût est vertu volatile, car le temps est au papillonnage.
Avec les premières sorties de Denise Nouvion et Evan Abeele, tous les espoirs étaient permis. Une dream oop référencée mais aventureuse, un univers cotonneux mais pas dénué d’aspérités
Un souvenir d’un concert désastreux au Palais du Grand Large lors de la 22ème édition de la Route Du Rock avait commencé à effriter sérieusement ces attentes.
Un concert qui faisait poindre les maladresses et autres faiblesses évidentes du projet. Une voix si désincarnée que cela tournait à la pose. Là où sur disque, la musique était précieuse, elle devenait simplement ridicule. D’évanescente, elle devenait insignifiante, comme sans substance.

Malheureusement, The Slideshow effect vint confirmer nos craintes. Memoryhouse avait-il tout dit avec ses EPS ?

Memoryhouse - Soft Hate cover albumPourtant, la volonté de se renouveler était là dans ce premier album. Les bonnes intentions aussi. Denise Nouvion et Evan Abeele disaient à l’époque en interview leur volonté de ne pas être limités à des nouveaux chantres de la dream pop. Sans doute, percevaient-ils dans l’étiquette le risque d’un piège. Pourtant, à force de vouloir se forger un son nouveau, c’est dans un autre piège qu’ils sont tombés. Le reniement de leur identité, de ce qu’ils faisaient le mieux finalement.
Étrangement, c’était dans cet univers très référencé qu’ils parvenaient à être singuliers, à être eux.
Qu’en est-il de Soft Hate alors, ce second album de Memoryhouse avec cette image sur la pochette où l’on voit le visage de Denise Nouvion comme une photographie brûlée ?
Une photographie brûlée comme une image que l’on souhaiterait changer encore et faire évoluer. Soft Hate n’est pas honteux ni désastreux, il est juste navrant. On passe de titre en titre sans déplaisir mais sans accroche non plus. Est-il vraiment nécessaire de faire remonter à la surface le pas forcément meilleur des années 80 ? Est-il nécessaire d’aller piocher dans les productions déjà datées à l’époque ?
On pensera parfois à Orchestral Manœuvres In The Dark période Tesla Girls (pas forcément le single le plus passionnant du groupe).

Est-il indispensable de ressusciter la sautillante Cindy Lauper de notre adolescence ? Leur production estampillée Eighties à la K2000 au mieux qui laisse perplexe, au pire qui agace très vite. Étrange impression que celle que l’on ressent à l’écoute de ce disque que de se retrouver dans La B.O de Top Gun, nanar testeroné à la gloire de Tom Cruise et de la bluette de Berlin, Take My Breath Away.
Certes, cela reste évanescent mais c’est surtout vide. Du Fate inaugural qui brille par son anecdotisme au frelaté Get Back, on perçoit toute la pauvreté mélodique du groupe, les limites vocales de Denise Nouvion.

Memoryhouse ressemble à une grande maison vide, à quelque chose d’inhabité.

Quand du temps des EPs, l’aspect désincarné participait du charme envoutant de leur musique, il est devenu désormais un piège qui se referme sur ces dix titres. C’est fade et sans saveur. On cherche dans Arizona ou dans Dream Shake ce que l’on a pu aimer parfois chez Still Corners mais tout sonne vide. On se fera avoir un temps par le charme facile de Sarah, aux contours pas si lointains de leur Heirloom , avec ce Doo Wap froid mais trop vite saccagé par un synthé omniprésent. On passera vite sur Knife in the water comme un coup d’épée dans l’eau.
Si l’on devait sauver de ce naufrage un titre, sans doute cela serait It Was True plus proche des travaux solo d’Evan Abeele, de ses projets Ambient.

Construit autour d’un piano et ne s’égarant pas trop dans des fioritures ou dans des poses, la voix de Denise Nouvion nous émeut enfin mais ce n’est pas suffisant pour effacer ce sentiment de ratage complet que vient confirmer un Honey Baby Darling qui convoque le pire du Rock FM des années 80. Soft Hate parvient à contenir en son cœur cette étrange ambivalence. La tentation du renouvellement et l’immobilisme le plus complet. Quelque part à mi-chemin entre ces deux pôles, l’album ne trouve pas sa voix.

Pour paraphraser le titre de l’album, Soft Hate, son écoute ne provoque pas de la haine même douce. C’est encore pire, il ne provoque rien. Ou alors de l’indifférence.

Greg BOD

Memoryhouse – Soft Hate
Autoproduction
Sortie : 09 Février 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *