« Breakdance meurtrier », de Frasse Mikardsson : danse macabre

Le jour de l’inauguration des JO de Paris, un légiste expédie l’autopsie d’une femme trouvée morte dans son appartement, il conclut trop vite au suicide… c’est le début d’une enquête pleine de rebondissements dans un polar signé de l’auteur Frasse Midkarsson.

Frasse-Mikardsson

Le jour de l’inauguration des Jeux Olympiques 2024, le sous-directeur de l’Institut médico-légal (IML) de Paris discute avec une autre fonctionnaire de l’institution de l’examen du corps d’une femme qu’il a bâclé, persuadé qu’il s’agit d’un suicide. Mais, quelques jours plus tard, Huguette, la soi-disant morte et enterrée, rentre chez elle très surprise d’apprendre qu’elle a été inhumée. Elle s’adresse à la police, aux services funéraires et à l’IML pour obtenir les explications nécessaires justifiant son inhumation et retrouver son existence administrative.

breakdance-meurtrierMonopolisés par tous les risques d’attentats autour des Jeux Olympiques, les service de la justice, de la police et même ceux de l’IML n’ont pas accordé l’attention nécessaire au décès d’une femme vivant seule dans un immeuble lui appartenant dans le 5° arrondissement parisien. Ils sont sur les dents, leur crédibilité, et en même temps, celle de la France est en jeu. La Directrice de l’IML se sent personnellement responsable de ce dérapage, elle fait réaliser tous les examens qui auraient dû être pratiqués en temps voulu et conclut à la mort par balle de la femme découverte dans l’appartement d’Huguette. Cette femme ne saurait être celle identifiée précédemment puisqu’il s’agit d’une jeune femme et qu’Huguette est vivante et même bien vivante et qu’elle prend sa mésaventure avec une pointe d’humour corrosif.

La police recherche la seule personne qui a pu se rendre à l’IML pour identifier le cadavre qu’elle n’a pas reconnu. Mais, en arrivant sur place, elle constate que le jeune homme est lui-même décédé, il a été retrouvé pendu. Ironie du sort ou blague de l’auteur, c’est la soi-disant morte qui identifie celui qui ne l’a pas reconnue comme victime du précédent meurtre. Le commissaire chargé de l’enquête se retrouve donc avec trois cadavre sur les bras : une jeune femme, un jeune homme et un chat tué par balle lui aussi en même temps que la femme.

La police diligente ses services scientifiques qui découvrent un nouveau cadavre dépecé dans un frigidaire et de nombreux indices mais aucune piste réelle pouvant permettre l’identification des corps découverts chez Huguette. Le jeune homme, retrouvé pendu chez lui, est un étudiant en médecine ex-membre d’une équipe de compétition de breakdance. Les indices découverts et les informations recueillies ouvrent trois champs d’enquête possibles : les adeptes de la breakdance nouvellement intégrée aux Jeux Olympiques, le monde interlope gravitant autour d’un bar gay du Marais et, comme trop souvent, le milieu de la drogue notamment celui des nouvelles drogues de synthèse.

Afin d’éviter toute catastrophe médiatique, le Procureur Général prend lui-même en charge la direction des opérations en s’appuyant sur la Directrice de l’IML et sur le Commissaire de police qui a foiré la première enquête. Cette nouvelle enquête sinue entre le milieu homosexuel infesté par la drogue, les membres de diverses délégations de breakdance participant aux Jeux Olympiques et quelques malfrats liés au monde de la drogue et potentiellement fournisseurs de tous les autres individus identifiés par les traces papillaires qu’ils ont déposées sur la scène de crime.

Cette enquête est pleine de rebondissements, Frasse Midkarsson, lui-même médecin légiste dans la vie civile, la détaille avec une grande minutie, beaucoup de connaissances théoriques et une grande expérience professionnelle. Ses descriptions de scènes d’autopsie sont particulièrement documentées, parfois fort réalistes, peu ragoûtantes et même pas forcément supportables pour les âmes sensibles. Mais, l’auteur ne manque pas d’un certain humour, un peu noir, caustique et même sarcastique, qui fait passer un peu plus facilement ces scènes qu’il connait fort bien pour y avoir participé en tant que praticien. Il manie la plume tout aussi habilement que le scalpel pour ciseler des intrigues aux contours fort sinueux qui maintiennent le lecteur en haleine jusqu’à la fin du livre.

Denis Billamboz

Breakdance meurtrier
Roman suédois de Frasse Mikardsson
Éditeur ‏: ‎Editions de l’Aube
355 pages – 21,90€
Date de parution : 19 avril 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.