5+5 =… Strategy

Juillet 2007

Enraciné dans un dub stellaire, porté par des rythmiques plus présentes que jamais et des claviers analogiques, noyé dans des flux et reflux de reverb : c’est ainsi que Paul Dickow, alias Strategy, conçoit le rock du futur. Un rock qui ne se départit jamais de sa composante ambiant, et qui ne ressemble pas vraiment à  du rock. A en juger par les disques qui le bercent, on comprend mieux pourquoi.

> 5 disques du moment

Vladislav Delay – Whistleblower (Huume, 2007)
Le génie planétaire de l’ambient music continue de livrer des albums impeccables.

Valet – Blood is clean (Kranky, 2007)
Honey Owens, membre du groupe et ami de longue date, livre là  un premier album qui trouve le juste équilibre entre psyché et musique  » Fourth world « .

Jon McMillion – Back on that road 12† (Orac, 2007)
Une musique techno aux relents de science-fiction par le maître incontesté de Détroit en matière de techno nouvelle génération.

Caetano Veloso – Tropicalia (Polygram, 1968 – original)
Un disque qui a marqué son époque et vient d’être réédité en version vinyl.


Tous les 12 pouces
sortis chez Skull Disco.

> 5 disques pour toujours

Can – Ege Bamyasi (United artists, 1972)
Le summum en matière de musique ample et flottante. Un style défini par ce disque qui n’a jamais été égalé depuis.

Talk talk – Laughing stock (Polydor, 1991)
Ni jazz, ni rock, vraiment original et superbement orchestré. Une musique intemporelle.

Luomo – Vocalcity (Force tracks, 2000)
Impossible de trouver de la house music avec autant de micro-détails. Mais il ne s’agit pas de micro-house : c’est dense, avec un tas d’informations en évolution perpétuelle et de jolis thèmes en silhouette.

Jon Hassell – Vernal equinox (Lovely music, 1977)
Les fondements du mouvement †œFourth world† dont Jon Hassell est l’instigateur sont dans ce disque édité par l’incontournable label Lovely music. l’album le plus intime de Hassell.

Labradford – A stable reference (Kranky, 1995)
La pierre angulaire de la musique ambient américaine est indéniablement le second album de Labradford, porte-drapeau du label Kranky. Un peu comme de la musique surf ou country interprétée à  la manière de Le Corbu, mais vue à  travers un objectif déréglé.

Plus+
La chronique de l’album future rock sur Benzinemag
Le site du label
L’espace Myspace
L’espace Myspace du label

Envie de partager :
Publié Dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *