5+5 =… Strategy

Juillet 2007

Enraciné dans un dub stellaire, porté par des rythmiques plus présentes que jamais et des claviers analogiques, noyé dans des flux et reflux de reverb : c’est ainsi que Paul Dickow, alias Strategy, conçoit le rock du futur. Un rock qui ne se départit jamais de sa composante ambiant, et qui ne ressemble pas vraiment à  du rock. A en juger par les disques qui le bercent, on comprend mieux pourquoi.

> 5 disques du moment

Vladislav Delay – Whistleblower (Huume, 2007)
Le génie planétaire de l’ambient music continue de livrer des albums impeccables.

Valet – Blood is clean (Kranky, 2007)
Honey Owens, membre du groupe et ami de longue date, livre là  un premier album qui trouve le juste équilibre entre psyché et musique  » Fourth world « .

Jon McMillion – Back on that road 12† (Orac, 2007)
Une musique techno aux relents de science-fiction par le maître incontesté de Détroit en matière de techno nouvelle génération.

Caetano Veloso – Tropicalia (Polygram, 1968 – original)
Un disque qui a marqué son époque et vient d’être réédité en version vinyl.


Tous les 12 pouces
sortis chez Skull Disco.

> 5 disques pour toujours

Can – Ege Bamyasi (United artists, 1972)
Le summum en matière de musique ample et flottante. Un style défini par ce disque qui n’a jamais été égalé depuis.

Talk talk – Laughing stock (Polydor, 1991)
Ni jazz, ni rock, vraiment original et superbement orchestré. Une musique intemporelle.

Luomo – Vocalcity (Force tracks, 2000)
Impossible de trouver de la house music avec autant de micro-détails. Mais il ne s’agit pas de micro-house : c’est dense, avec un tas d’informations en évolution perpétuelle et de jolis thèmes en silhouette.

Jon Hassell – Vernal equinox (Lovely music, 1977)
Les fondements du mouvement †œFourth world† dont Jon Hassell est l’instigateur sont dans ce disque édité par l’incontournable label Lovely music. l’album le plus intime de Hassell.

Labradford – A stable reference (Kranky, 1995)
La pierre angulaire de la musique ambient américaine est indéniablement le second album de Labradford, porte-drapeau du label Kranky. Un peu comme de la musique surf ou country interprétée à  la manière de Le Corbu, mais vue à  travers un objectif déréglé.

Plus+
La chronique de l’album future rock sur Benzinemag
Le site du label
L’espace Myspace
L’espace Myspace du label

Publié Dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *