Broken English

aff film_3.jpgIl est facile de différencier ceux qui savent faire du cinéma, et ceux qui font de leur mieux pour faire semblant. La fille de Cassavetes connaît le cinéma, il n’y a aucun doute, mais Broken English n’en est aucunement la preuve, du moins la mise en pratique de ses connaissances. En voulant revisiter le jeu de l’amour, la romance arty (New York V.S. Paris, acteurs peu connus, B.O. éthérée, composition de plans simples et montage contemplatif), la cinéaste signe un film totalement impersonnel, amusé parfois, sûrement un beau moment de tournage et d’intimité entre techniciens et interprètes, mais d’un rendu esthétique totalement fade et sans interêt.

Le problème ne provient pas tant de la banalité du métrage, mais surtout de sa manière de vouloir faire ‘dans le genre de’ . La caméra essaye parfois de s’envoler, de se faire discrète, de se ballader dans des couloirs l’air de rien, mais les clichés alourdissent ; lorsqu’arrive Paris, c’est peu dire que tout le monde devient con. Il y a le passage inévitable du taxi, celui de l’hôtel médiocre et le bar de luxe la nuit, sans oublier le verre de vin, sans quoi nous ne serions pas en France. La lourdeur de vision, souvent bloquée à  la simple imagerie enfantine que l’on se fait d’une culture, empêche le film de décoller vers la grâce et la délicatesse. Même Melvil Poupaud, d’une subtilité infinie, à  la fois paysan et gentleman, bourru et charmant, triste et déconneur, ne parvient pas à  rendre cette romance crédible.

Le générique de départ, pourtant magnifique, faisait croire au tact de l’amour dans le regard, avec une énergie errante et séduisante dans ce personnage féminin comme un coeur lové dans sa propre mélancolie. La douceur de la caméra, collée à  la peau, charnelle quand entrent en collision des lèvres sur un verre d’alcool, fera soudainement place à  la comédie new-yorkaise lourdaude, plate, aphone. Les mots essayent mais ne parviennent pas jusqu’au coeur. La B.O. signée Scratch Massive, pourtant délicieuse, n’arrive pas non plus à  déjouer les pièges dans lesquels tombe le film. En somme, autour du film, là  où l’on brode, tout va bien, mais à  l’intérieur, dans l’âme de l’oeuvre, il n’y a pas de clarté ni de lumière, de coeur ni de chair.

Jean-Baptiste Doulcet

1_5.gif

Broken English
Film américain de Zoe R. Cassavetes
Genre : Comédie
Durée : 1h33
Sortie : 16 Juillet 2008
Avec Parker Posey, Melvil Poupaud, Drea de Matteo

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *