Devendra Banhart : Mala

Quatre ans que l’on attendait le successeur de l’immense « What Will We Be » (2009) avec l’espoir de retrouver notre Devendra intact et toujours aussi inspiré après 7 albums pour un peu plus de 10 ans d’une courte mais déjà riche carrière.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Quatre ans ! Quatre ans que l’on attendait fébrilement le successeur de l’immense « What Will We Be » (2009) avec l’espoir de retrouver notre Devendra intact et toujours aussi inspiré après 7 albums pour un peu plus de 10 ans d’une courte mais déjà riche carrière. Car si l’on y regarde d’un peu plus près, on se rendra vite compte que, depuis le discret « The Charles C. Leary » en 2002, mais surtout depuis « Cripple Crow », l’album qui le révéla au grand public (avec notamment le titre « Feel Just Like A Child » immortalisé par Renault), Devendra Banhart reste plus que jamais l’un des rares songwriters capable d’écrire à chaque nouvel album les plus belles chansons de la terre.

Si, du point de vie de son apparence, il s’est débarrassé de sa barbe et de ses longs cheveux, arborant désormais un look plutôt sobre, moins « hippie » et plus « beau ténébreux », côté musique, le natif du Texas reste toujours aussi attaché à ses influences latino, blues, calypso, bossa, jazz… que l’on retrouve là encore dans une suite de chansons capable de susciter des émotions aussi diverses que variées.

Album coloré et chaleureux, « Mala » régale par la qualité de ses mélodies, mais aussi et surtout par le foisonnement musical qui se dégage d’un ensemble dans lequel les sonorités électroniques font leur apparition de manière assez discrète, sauf peut-être sur le titre « Your Fine Petting Duck », dont le final carrément « House » peut laisser un poil (de barbe) dubitatif. Heureusement, c’est la seule faute de goût dans un océan de délice et de poésie, où chaque titre se déguste avec un plaisir immense, où la voix de Devandra dégage, plus que jamais, charme et douceur, rapprochant encore un peu plus notre crooner californien du, pourtant, inégalable Chet Baker.

Avec des titres tels que « Daniel », « Never Seen Such Good Things », « Mi Negrita » ou « Won’t You Come Home », Devendra Banhart continue de creuser son sillon. Sans rien changer ou presque à son style musical, à son mode de composition et à sa manière d’aborder le songwriting, il parvient pourtant à nous surprendre encore, à nous émerveiller avec des chansons déjà inusables et dont on devrait retrouver très vite certaines d’entre elles dans les meilleures playlists et même ailleurs… Et quand on sait que le garçon n’a que 32 ans, on se dit que c’est une peut-être discographie immense qui s’offre à nous pour les années à venir.

Benoit RICHARD

Devendra Banhart : Mala
Label : Nonesuch Records
Sortie : 11 mars 2013

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

L'Auteur:

Benoit Richard

Benoit RICHARD a créé Benzine en 2000, puis Ondefixe, puis Hop Blog, puis Pop Revue Express, puis Netlabels Revue, puis Hop BD, puis Des Chips et du Rosé, puis Spotify Discoveries puis s’est dit que ça suffisait comme ça.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

✎ POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé. Les champs obligatoire sont marqués par une *

*
*

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles