5+5 = Les disques préférés de Charles-Baptiste

En avril 2020, Charles-Baptiste sortait Le Love & Le Seum. Un album en forme de révélation pour cet artiste dont le potentiel laisse entrevoir encore bien des possibilités. En attendant une suite à cette pépite, il nous propose sa sélection 5+5.

Charles Baptiste - Emeric Leprince
© Emeric Leprince

C’est incontestablement l’une des révélations “albums” de cette année 2020. Avec Le Love & Le Seum concocté en compagnie du beatmaker MiM, Charles-Baptiste fait un retour plus qu’impeccable avec des chansons sensibles… comme un grand pont entre la variété des années 70/80 et la génération actuelle. Quant au single Bled c’est tout simplement l’un des titres french pop les plus beaux entendus depuis bien longtemps.

Et sinon tu écoutes quoi, Charles-Baptiste ?

5 Disques du moment :

Dodi El Sherbini – Fictions
“Sur les ruines de l’abyssinie juive au futur antérieur”. Il faut l’écrire, déjà. Et ensuite il faut le chanter. Ce disque paru il y a quelques mois déjà me fascine dans sa quête lexicale quasi mallarméenne, sur des synthés 80s utilisés de façon aussi aléatoire que mathématique, là où la plupart des copains se contentent de les lancer en mode arpeggio.

Jade – Première fois
On est sur du Youporn auditif : un premier EP qui vrille le cerveau et le bas-ventre.

Vald – Ce monde est cruel
J’essaie de pas trop écouter VALD, parce qu’il est tout simplement au-dessus de tout le monde et ça me file des gros complexes d’infériorité. Juste le texte “RAPPEL”, découvert y’a 3 jours avec son clip hyper tendre, là, résume la lucidité incroyable du mec en terme d’expression du chaos mental contemporain.

Jimmy Hunt – Le silence
Sept ans après son chef d’oeuvre Maladie d’amour, suivi de disques bien burnés avec son band de rock’n’roll hawkwindien Chocolat, mon personal hero québécois est revenu sans aucune promo pendant le confinement avec ce mini-album de haïkus folk/pop de 2’30, teasing façon Jesus is King, et cette phrase : “J’aimerais être vierge à nouveau / Aimer un grand écrivain.”

Yelle – L’Ère du verseau
Ça sort en septembre, seul l’hyper-touchant “Je t’aime encore” est écoutable pour l’instant, mais le tracklisting qu’elle vient de lâcher sur son Insta fait déjà rêver.

5 Disques pour toujours :

Arnaud Fleurent-Didier – La reproduction
Apocalypse Now, Julien Clerc, Lacan, faire anglais ou faire allemand… Tout ce que raconte AFD dans France Culture c’est ma vie. Je ne m’en remettrai jamais.

PNL – Dans la légende
PNL me met tellement des claques à chaque fois, je dois faire des pauses régulières pour m’en remettre et réécouter. Les instrus, le phrasé, les lyrics, le visuel, le mystère du duo : tout sur ce double est légendaire.

Juliette Armanet – Petite amie
Coz she’s a kind of magic.

Kraftwerk – Autobahn
On ne peut pas être français sans regarder ce qu’il se passe de l’autre côté du Rhin. J’ai des tas de disques kraut genre Tangerine Dream, Klaus Schulze, Ashra Temple, Manuel Gottsching, etc. mais Kraftwerk avait cette vision pop de génie qui les met au panthéon de l’Histoire littéralement entre Steve Reich et Daft Punk.

Kanye West – My Dark Twisted little Fantasy
S’il ne devait y avoir qu’un anglophone dans ma liste, ce serait lui. Peu importe (ou à cause de) ses fresques, il est selon moi le plus digne descendant de Salvador Dali, l’esthète surréaliste le plus passionnant de notre époque.

juin 2020

Charles-Baptiste vient de sortir le clip de la Chanson BDE, qui se veut être une réflexion autour de l’idéologie insufflée dans les écoles, de commerce notamment, sous la forme d’une sorte d’ABCDaire.