Klaxons – Surfing the void

Klaxons_Pochette.jpgIl aura fallu attendre trois ans pour entendre un nouveau coup de Klaxons (comme ça c’est fait), après l’introductif Myths of the near future. Le nouvel opus a été produit à  Los Angeles par Ross Robinson qui a entre autres travaillé avec Sepultura, Slipknot et At the drive in, soit pas de la musique de bal musette, quoi.

Surfing the void est en effet un disque dur. J’aurais du dire »rough » pour ne pas que vous croyiez à  une enième blague foireuse dont je suis capable. Le son de Surfing the void navigue en effet entre psychédélisme forcené et shoegazing à  tout crins ce qui est une bonne surprise. La production remplit les espaces et joue avec la réverb’ pour donner de la profondeur à  la lame de fond.

Klaxons quitte la pop pour un son plus heavy, massif, un mur du son qui n’est pas sans rappeler les premiers Ride et Verve ou plus proche de nous les Comets on fire. Un groupe avec qui ils partagent en plus le goût pour les mélodies sur fond de nappes évolutives qui montent et montent comme un bon titre des Pink floyd qui serait passé à  l’overdrive généralisé et dont le tempo aurait été volontairement accéléré.

J’aime. Aussi parce que sur la longueur du seul single Echoes pourtant fourni en bonne mélodie, la sauce ne prend pas forcément aussi bien qu’en s’enquillant tout l’album. et j’aime bien quand un album pop parvient à  se livrer comme une diva. Et puis des fois comme ça, je m’accorde le droit d’aimer un album sans pouvoir décrire vraiment chaque composante, chaque moment musical, avec un brin de mauvaise foi.

Klaxons envoie du bois sonore, mais ne néglige jamais la mélodie pop ce qui faisait sa force sur le premier album. La mayonnaise prend sur la longueur d’un album. Quand le mur du son a réussi à  s’installer quand la défonçeuse a atteint son rythme de percussion standardisé. C’est simple, direct, efficace. Ca fait songer à  du Jesus and Mary Chain moins sombre ou du My bloody Valentines plus pop, immédiat et californien. Et sérieusement, voilà  un album à  se glisser dans le lecteur le matin, juste après avoir refermé la porte de son domicile, pour se donner du coeur à  l’ouvrage au moment d’affronter le trafic ou les transports en commun. Avec surfing the void dans les oreilles on se sent invincible et regaillardi par les mélodies qui se retiennent au fil des écoutes. C’est aussi une des vocations de la musique. Moi en tous cas, il m’en faut rarement plus.

Denis Verloes

3_5.gif

Tracklist
01. Echoes
02. The Same Space
03. Surfing The Void
04. Valley Of the Calm Trees
05. Venusia
06. Extra Astronomical
07. Twin Flames
08. Flashover
09. Future Memories
10. Cypherspeed

Date de sortie: 23/08/2010
Label: Because

Plus+

SITE OFFICIEL

MYSPACE

FACEBOOK

TWITTER

La critique du premier album

Les Klaxons sur Spotify

Le son de Flashover

Twin flames en live (mis en avant sur le Twitter du groupe)

Envie de partager :

One thought on “Klaxons – Surfing the void

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *