Jim James – Regions Of Light And Sound Of God

Ce n’est pas parce que mars est déjà  là  avec son lot de nouveautés en pagaille, entre vieilles gloires,, seconds opus et jeunes pousses exaltantes – on y reviendra – que l’on doit omettre les bonnes surprises discrètes de février.

Ainsi on n’attendait pas forcément ce premier album solo de Jim James, remuant et productif leader des My Morning Jacket, oiseau impliqué également dans le projet Monsters Of Folk ou publiant des reprises de George Harrison sous le pseudo de Yim Yames (!).

On ne l’attendait surtout pas sur ce terrain, à  savoir un album plutôt calme et limpide, d’une fluidité suprenante de la part d’un musicien boulimique qui s’est évertué pendant des années à  brouiller les pistes, refusant de choisir entre country blues,, prog rock ou indie pop, Supertramp ou Mercury Rev.

Bonne surprise, donc que ce Regions Of Light And Sound Of God, qui voit notre hyperactif barbu calmer le jeu et creuser le sillon de compositions assez intimes, à  la production soignée et au lustre à  la fois moderne et intemporel.

Que cet opus soit inspiré d’un roman graphique du dessinateur Lynd Ward aux préoccupations existentielles aux échos manifestement personnels chez lui importe en fait peu, cette collection de chansons déroulant un accueillant paysage sonore entre rêveries atmosphériques (State Of The Art), déambulation groovy soul (Of The Mother Again), instrumental élégiaque (Exploding) ou ballade nue aux échos sixties (A New Life, vrai petit moment de grâce).

Navigant en capitaine solitaire comme libéré des entraves terrestres de son groupe, un Jim James à  la voix de tête et ayant quelque, peu délaissé la guitare semble s’épanouir et dialoguer malicieusement entre passé et présent, ballade Lennonienne (Actress), doo wap façon M. Ward ou James Mercer (A New Life, encore) ou échos world hantés (All Is Forgiven).

Un disque, en fait d’une épure étonnante de la part d’un artiste longtemps intranquille et d’une lumineuse maîtrise,, qui révèle enfin les qualités de mélodiste et song writer de son auteur.

Surtout, à  l’image du God’s Love To Deliver final, un disque à  la douceur apaisée, au charme assez mystérieux mais qui a tous les éléments de séduction pour distiller à  loisir, sa très sereine lumière.

Franck Rousselot

Jim JamesRegions Of Light And Sound Of God
Label : V2 Music / A Cooperative Music
Date de sortie : 4 février 2013, , , 

le site de Jim James
facebook
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , 

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *