Astrïd – The West Lighthouse Is Not So Far

astrid photo

4ème album et toujours pas un nuage à l’horizon dans la discographie des français d’Astrïd, qui en un peu plus de 10 ans ont construit dans la plus grande discrétion une œuvre aussi singulière qu’admirable. Un groupe à redécouvrir d’urgence.

Astrïd - The West Lighthouse Is Not So Far Un an après la très belle collaboration entre Astrïd et Sylvain Chauveau sur l’album Butterfly In The Snowfall paru chez Home Normal, on retrouve le groupe conduit par Cyril Secq et Yvan Ros pour un 4ème album de très belle tenue.
Après avoir été publié leur précédent LP chez Rune Gramofon, c’est sur le label polonais Monotype Records que l’on retrouve cette fois le quatuor avec, là encore, une production placée sous le signe du dépouillement et de la contemplation. Car, comment, à l’écoute du titre d’ouverture, Pierre noire (avec sa guitare aux accents pinkfloydiendiens) mais également des 6 pièces qui composent The West Lighthouse Is Not So Far, ne pas imaginer des paysages, des montagnes, des vallées reculées ou de vastes étendues désertiques de l’Ouest Américain ?
Au son des guitares, Fender Rhodes, violons et autre clarinette, on se laisse ainsi porter durant plus d’une heure dans un univers totalement envoûtant avec 8 titres d‘une pureté et d’une beauté absolue dans lesquels les instruments se détachent les uns des autres, laissant par moment à l’auditeur une étonnante impression de proximité, comme si les musiciens jouaient dans la même pièce que vous.
Avec ce nouvel effort, Astrïd signe là une partition absolument parfaite, comme la B.O. d’un western imaginaire déclinée en 8 longs mouvements (entre 6 et 13 minutes), entre jazz contemporain, ambient-guitar et musique improvisée, et qui constitue une nouvelle pierre à l’édifice d’une discographie sans la moindre fausse note. Chapeau.

Benoit RICHARD

Astrïd – The West Lighthouse Is Not So Far
Label : Monotype Records
Sortie : 15 mai 2015


Envie de partager :