Porter Ray – Watercolor

Un premier album hanté par la mort et le désespoir dans une production atmosphérique d’une grande finesse pour le rappeur de Seattle Porter Ray.

Porter Ray jay scroggins
©  Jay Scroggins

C’est presque étonnant de voir un rappeur signer sur un label comme Sub Pop, plus connu pour ses sorties indie rock que pour promouvoir des artistes et des albums issus du rap. Est-ce le fait que Porter Ray soit originaire lui aussi de Seattle ? Toujours est-il que celui qui s’est retrouvé père célibataire après que sa compagne ait été incarcérée, propose son premier véritable album sur la maison de disque de Sebadoh et Nirvana.

Porter Ray – Watercolor Cover albumPrévu au départ pour sortir en 2015, l’album a été repoussé plusieurs fois avant de sortir finalement en ce début mars. Si l’attente à été longue, le résultat en est à la hauteur. Influencé par le rap de Common, Mos Def et Talib Kweli mais aussi par le jazz, Porter Ray évoque sur Watercolor les malheurs qui l’ont frappé durant ces dernières années, avec notamment de décès de son père suite à une longue maladie, puis celui de son frère tué accidentellement par balles dans un affaire pour laquelle il n’était même pas impliqué. Un disque marqué par la tragédie donc mais qui, dans le ton et l’atmosphère qu’il dégage, se révèle beaucoup moins sombres que prévu.
Si les basses sont profondes, le flow est tranquille, la voix sans effet dégage une forme d’apaisement mêlé d’inquiétude. Les sonorités électroniques éthérées, les boucles légères qui remplissent l’espace autour de la voix fluide de Porter Ray donnent à cette production une rondeur et une forme de douceur et de fluidité très appréciable. Les morceaux sont entrecoupés de fragments de voix et de discussions familiales qui viennent renforcer le côté dramatique et l’état de fragilité et de désappointement dans lequel pouvait se trouver Porter Ray au moment de composer cet album.

Des grands malheurs naissent parfois des œuvres très belles, c’est le cas avec ce Watercolor, disque aux nombreuses collaborations, dont celle d’Ishmael Butler de Shabazz Palaces qui a contribué à le faire connaitre à ses débuts.

Benoit RICHARD

Porter Ray – Watercolor
Label : Sub Pop / PIAS
Sortie : 10 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *