Bertrand Burgalat – Les choses qu’on ne peut dire à personne

A contre-courant de son époque, Bertrand Burgalat continue d’aller dans toutes les directions avec un 5e album de pop posée et lettrée.

Bertrand Burgalat

Comme sur le précédent album paru il y a cinq ans, Toutes directions, ça démarre avec une sorte d’interlude, un petit intermède musical aux allures de compo « Chassolienne ». La suite est une pure production Tricatel, avec ce son si particulier façonné depuis 1995 par Bertrand Burgalat à travers ses albums mais aussi ceux des autres et qui a donné au fil du temps cette couleur, cette tonalité faite d’élégance, de légèreté, de mélancolie et de classicisme pop. Un modèle unique en France.

Bertrand Burgalat - Les choses qu'on ne peut dire à personneLes choses qu’on ne peut dire à personne est un album d’aujourd’hui. Malgré ses réminiscences 70’s et ses influences multiples qui renvoient irrémédiablement à cette époque, Bertrand nous parle de choses actuelles, parfois grave mais avec une forme de détachement dans le phrasé et de « dandysme », toujours très agréable et auquel on s’est habitué depuis The Sssound of Mmmusic, son premier album paru en 2000.

Entouré d’Hélène Pince, Blandine Rinkel, Laurent Chalumeau, Matthias Debureaux, Philippe Vasset pour les textes, Bertrand Burgalat signe tout de même trois textes dont le très touchant L’enfant sur la banquette arrière, l’un des plus beaux de cet album à forte connotation littéraire et dans lequel on ressent cette envie de proposer quelque chose d’à la fois modeste et de réellement ambitieux.
Car Les choses… est un disque qu’il faudra défricher, s’approprier tout doucement, au fil du temps, que l’on pourra écouter comme on lit un recueil de nouvelles ou de poèmes. Une démarche pas vraiment dans l’air du temps à l’époque du prêt à consommer, où l’on saute sans cesse du coq à l’âne, où l’on marche à la playlist, où écouter un album en entier devient au mieux un luxe, au pire une épreuve de fond.

Avec ce nouvel opus de Bertrand Burgalat, la notion d’album prend ici et plus que jamais tout son sens avec ces 19 titres rassemblés dans un ensemble d’une belle densité qui viendra compléter une discographie qui alterne entre albums de chansons et musiques de films avec là encore une patte très « Burgalienne », un style à nulle autre pareille que l’on espère voir vivre encore longtemps.

Benoit RICHARD

Bertrand Burgalat – Les choses qu’on ne peut dire à personne
Label : Tricatel
Sortie : 19 mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *