Ty Segall & White Fence – Joy : une joyeuse ratatouille !

Comment rendre encore hommage en 2018 à la folie de Syd Barrett ? Nos amis Tim Presley et Ty Segall, comme chats et chiens, ont trouvé la formule magique avec l’étonnant et déroutant Joy.

Ty Segall et White Fence
Credit photo : Jessica Niles

Si White Fence (ou plutôt Tim Presley, de son véritable nom) ne bénéficie pas encore de la popularité de son ex-producteur et ici collaborateur Ty Segall, il fait indiscutablement partie de la même famille musicale US, celle de ces jeunes artistes prolixes, travaillés par le passé – principalement le rock psyché des années 60-70 – qui se sont donnés pour mission de créer la musique d’aujourd’hui dans une logique « Do It Yourself » en marge de l’industrie (ou plutôt de ce qu’il en reste).

TY SEGALL & WHITE FENCEJoy, nouvelle collaboration entre Segall et Presley, commence par surprendre l’auditeur, et pas forcément positivement, par sa structure radicalement éclatée : plus que des chansons, nos enfants terribles nous offrent ici de brefs fragments de morceaux, qui semblent à peine ébauchés, qui se terminent déjà alors que nous n’avons même pas encore pu en prendre la mesure. Des éclairs de mélodies, des débuts de riffs de guitare, des idées de chansons, qui nous filent sans cesse entre les doigts, et qui laissent d’abord un goût de trop peu, un sentiment un peu absurde l’inutilité.

Joy est donc un album qu’il faut réécouter, beaucoup, souvent, pour qu’il s’invite peu à peu dans votre intimité, qu’il va à la fois perturber (ce sont les effets déviants habituels du psychédélisme) et enchanter (grâce à la suavité des mélodies et des voix). L’osmose entre Ty (le chien sur la pochette…) et Tim (le chat…) est totale, et on est bien en peine de dire ce qui est de qui, qui a apporté quoi à cette joyeuse ratatouille…

Finalement, le brillant paradoxe de Joy, qui en constitue peut-être la plus belle preuve de réussite, c’est qu’il évoque souvent les moments les plus flippés des grands disques solos de Syd Barrett, tout en distillant un sentiment apaisant de bienveillance. Une sorte de définition parfaite de la folie douce, en sorte !

Un album qui ne sera, certes, pas pour tous les goûts, mais qui confirme la vitalité de cette jeune musique exubérante, qui se crée en ce moment même en Californie, et constitue l’un des courants musicaux les plus féconds de notre époque.

Eric Debarnot

Ty Segall & White Fence – Joy
Label : Drag City / Modulor
Date de sortie :  20 juillet 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des