5+5 = les disques préférés de Vanessa Wagner

A l’occasion de son nouvel album Inland, paru le 26 avril chez Infiné, la pianiste Vanessa Wagner évoque dix albums du moment et de toujours.

Vanessa Wagner
Credit photo : Clara Diebler

On ne louera jamais assez l’éclectisme et l’ouverture d’esprit  de Vanessa Wagner. Cette pianiste autant attirée par l’univers de Debussy que par celui d’Aphex Twin, que beaucoup de passionnés de musique électronique ont découvert à travers sa collation avec Murcof, continue de surprendre et de ravir par ses choix artistiques comme en témoigne son nouvel album Inland sorti chez Infiné. Elle y propose des relectures virevoltantes dans un album au souffle et aux nuances incroyables. On y croisera ainsi MoonDog, mais aussi Meredith Monk, Gavin Bryars, Michael Nyman et quelques artistes moins connus.
Pour mieux faire connaissance avec ses goûts musicaux, Vanessa Wagner évoque dix albums chéris d’hier et d’aujourd’hui.

5 disques du moment :

UTO – the night’s due
Un groupe découvert récemment deux jeunes français encore peu connus entre pop et électro raffinée, très belle surprise.

DEAF CENTER – Low distance
Sublime disque passé je crois assez inaperçu, de la dark ambiant comme j’aime. Les titres Gathering et yet to Come notamment sont magnifiques.

GORECKI Beth Gibbons Symphony n3
Une prise de risque très réussie, sublime musique et la voix unique de Beth Gibbons.

BASHUNG – En amont
Je l’ai écouté tardivement car j’avais un peu peur de ne pas retrouver mes émotions de Bleu Pétrole, album que j’ai écouté compulsivement. Inégal mais de magnifiques titres, et la production est très réussie.

LÉONIE PERNET – Crave
Petit bijou d’une batteuse, chanteuse, touche à tout de talent. Un album libre, sombre et lumineux, comme son interprète.

5 disques pour toujours :

ARVO PART – Silentium / Mullova Järvi
j’ai dû écouter le Tabula Rasa des centaines de fois, avec toujours la gorge serrée d’émotion. J’avais assisté au concert de Jarvi et Mullova pour les 80 ans de Pärt à la Philharmonie, j’ai pleuré pendant toute la pièce, j’étais bouleversée.

NICK DRAKE –  Five leaves left
Nike Drake… éternel…

SUFJAN STEVENS – Carrie & Lowell
Disque écouté en boucle, fragile, brisé, sur le fil, et très personnel.

LEO FERRÉ – seul en scène 73
Léo seul avec son piano, disque que j’écoute depuis mon enfance, incroyable d’intensité et de beauté. 20 ans et Les amants tristes, ou comment vivre chaque mot et tout donner sur scène…

SCHUBERT –  Winterreise Matthias Goerne et Christoph Eschenbach.
La plus belle musique du monde, et un de mes plus grands souvenirs de concerts avec ces deux interprètes en totale osmose dans le drame intime de ce cycle de lieder.

Il y en plein d’autres, choix non exhaustif et très difficile !

Vanessa Wagner – Inland
Label Infiné – 26 avril 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des