L’Épée sacrée : l’ambition est louable, le résultat intrigant

Gabriel Rodriguez n’a pas froid aux yeux en convoquant dans ce premier tome de L’Épée sacrée, qu’il dessine et scénarise, la crème des mythes fantastiques et des grands noms du space opera. 

L’Epée sacrée - Gabriel Rodriguez

Élevée par des tigres à dents de sabre dotés de parole, la jeune Avalon est appelée par le vieux mage « Hells angels » Merlin à se joindre à trois aventuriers typés, un mercenaire traqueur cynique, un sabreur silencieux et un guerrier bavard, dans une quête à l’épée magique.

L’épée sacrée - Gabriel RodriguezL’exercice prestement expédié, notre nouvelle « communauté de l’Épée » est confrontée à un conflit planétaire opposant deux clans autochtones, des guerriers blancs et de musculeux orques rouges, à une sinistre et expéditive garde noire extraterrestre. Par une commode fatalité scénaristique, tout ce beau monde se trouve contraint de se battre à l’épée. Avouons que les combats sont de toute beauté. Gabriel Rodriguez multiplie les angles, les situations et les adversaires, le sang fuse et les têtes volent. Le dessin précis et les couleurs pastelles évoqueront chez les plus anciens le trait de Moebius. La référence est flatteuse.

Le scénariste chilien est moins habile. Si les deux premières séquences, l’enfance et la quête de l’Épée, sont claires, la suite est plus obscure. Pourquoi se battent-ils ? Quel est l’enjeu de ce conflit ? Les réponses nous seront-elles livrées dans la suite ? Nous l’ignorons. Rodriguez est néanmoins parvenu à nous intriguer, nous contraignant à attendre la suite.

Stéphane de Boysson

L’Épée sacrée
Scénario & dessin : Gabriel Rodriguez
Éditeur : Delcourt, collection Contrebande
128 pages – 16,50 €
Parution : 24 avril 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des