My life at 45 : le Dr Rubberfunk fête ses 45 ans avec un album très groovy

Le Dr Rubberfunk est comme son nom l’indique spécialisé dans les grooves dansants et connait parfaitement son affaire quand il s’agit d’ambiancer un public. Il le prouve encore avec le très remuant My life at 45.

rubberfunk

Pour avoir choisi un nom de scène pareil, nul doute que l’anglais Simon Ward a du goûter dans sa jeunesse aux préceptes du Dr Funkenstein, un des alias de l’immense George Clinton. Ce bon docteur spécialiste du groove est avant tout un collectionneur de disque et un DJ apprécié dans le monde entier, de Moscou à NYC, pour ses prestations affûtées sous la bannière du Jalapeno Sound System.

My life at 45 Dr RubberfunkCompositeur et producteur reconnu dans la sphère funk britannique, il avait mis entre parenthèse sa carrière personnelle (son dernier album Hot Stone était sorti en 2010) pour des projets en commun avec certains des invités que l’on retrouve son quatrième album nommé My Life At 45. Comme une suite à son opus de 2006, My Life at 33 le titre de ce nouvel album est évidemment un clin d’œil à son âge (45 ans) et à sa passion des galettes noires. Composé et produit par ses soins, il contient toutes sortes d’influences qui vont de la Soul 60’s à l’Acid Jazz des 90’s en passant par le Funk, le Blues et la Pop.

C’est donc entouré de quelques copains venus donner de leur personne qu’il revient nous voir en 2020, au nombre desquels on notera en premier John Turrell sur Boom !, un titre bluesy qui ouvre le disque de la meilleure des manières, en nous injectant une chaleureuse énergie avant qu’Izo FitzRoy une chanteuse à la voix puissante et au timbre soul (qui sort en ce mois de mars un bel album soul/blues How The Mighty Fallen), intervienne sur 2 morceaux, la ballade A Matter Of Time et le sexy A Little Blahzay.
L’album fait évidemment la part belle aux instrumentaux comme avec Pressure Cooker un bonheur soul qui aurait tout à fait eu sa place chez Stax au milieu des 60’s ou Slim’s Mood et ses airs latins, Hey un funk accrocheur, How Beautiful un électro/funk plus taillé pour les night clubs.

En écoutant les 12 morceaux de l’album on se dit que l’on aimerait bien être invité à la fête d’anniversaire du Docteur, surtout s’il se met derrière les platines, mais comme cela a très peu de chance de nous arriver il ne nous reste qu’à danser devant nos enceintes.

Arnold PIJOT

Dr Rubberfunk – My life at 45
Label : Jalapeno Records
Date de sortie : 14 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.