Le consentement – Vanessa Springora : le pouvoir de la littérature

Vanessa Springora évoque à travers sa propre histoire, un époque où il y avait une forme de déni, de tolérance voire de gloriole autour de la question des relations sexuelles entre adultes et jeunes mineures.

Vanessa Springora © Jean-Francois Paga / ©PAGA

Au-delà du témoignage à la fois fort, éclairant, lucide, et sans jamais donner l’impression que l’auteure s’apitoie sur son sort, ce livre de Vanessa Springora est un formidable éclairage sur l’évolution des mentalités, des mœurs au cours de ces dernières décennies dans le monde intellectuel français. On se rend compte une fois le plus combien le phénomène  #metoo a pu avoir une influence et un retentissement dans la libération de la parole de beaucoup de femmes, dont certaines n’hésitent plus aujourd’hui à raconter leur passé, sous l’emprise de mâles pervers, à dire au grand jour le mal qu’ont pu faire certains hommes publiques après des femmes qui les entouraient.

Le consentement - Vanessa SpringoraEt à ce titre, le témoignage Vanessa Springora est un modèle du genre.

La manière avec laquelle elle raconte l’enfer qu’elle a vécu durant des années face à un prédateur sexuel, un pervers narcissique d’apparence si lisse et si inoffensif est tout à fait troublante et limpide.

Ce récit montre à quel point il y a longtemps eu une forme de déni, de tolérance vis-à-vis de pratiques sexuelles douteuses dans le monde médiatique ou intellectuel français, à une époque où au nom de la liberté on tolérait tout et surtout le pire comme dans le cas de Gabriel Matzneff, un auteur qui a longtemps eu pignon sur rue malgré le fait qu’il vantait ouvertement (notamment dans Les Moins de seize ans) les relations sexuelles avec des mineurs.

Un témoignage plus qu’un roman, écrit dans un style très direct, très cash, sans fioriture, pour dire l’essentiel, pour dénoncer la complaisance de ses proches et de sa mère en particulier, pour se libérer d’un poids du fantôme, d’un homme qui même des années après la fin de leur relation continuera à traquer V. à travers ses nombreuses lettres. Un livre nécessaire.

Benoit RICHARD

Le consentement
Roman français de Vanessa Springora
Editeur : Grasset
Pages : 216 pages – 18€ / 12.99€
Parution : 2 Janvier 2020

Vanessa Springora à reçu  le prix JJ Rousseau de l’autobiographie.

One thought on “Le consentement – Vanessa Springora : le pouvoir de la littérature

  1.  » de tolérance vis-à-vis de pratiques sexuelles douteuses » -> de pratiques sexuelles interdites, même !
    Désolé pour la précision, mais les éléments de langage sont importants sur cette question. Le juge Rosenczveig s’insurgeait récemment contre le terme d’ « abus sexuel » utilisé s’agissant des violences sexuelles dont étaient victimes les mineurs. D’après lui, dans ce cas, on ne peut pas parler d’abus, et je le rejoins, car cela sous-entendrait que certains actes sexuels avec des mineurs seraient autorisés.

    Sinon, je n’ai pas lu le livre, je le ferai sans doute un jour, et merci à toi de relayer cette thématique cruciale, car c’est en cessant de faire l’autruche que les pratiques évolueront à ce sujet (j’espère que mon commentaire ne paraît pas trop professoral, je m’en excuse d’avance…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.